Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Ce dimanche 05 janvier, je ne me suis pas préparée à retourner au bureau après 2 semaines de congé. Je me suis préparée pour partir 12 jours en Asie !

Il s’agit d’un voyage professionnel dans le cadre de mon emploi salarié.

Car oui, j’ai toujours un emploi salarié à temps partiel !

En résumé, ma vie professionnelle se partage donc actuellement en 2 parties : une partie salariée et une partie  indépendante avec Julie DDB-coaching.

J’ai décidé en 2020 de ne plus parler uniquement de la partie indépendante mais bien aussi de parler de mon travail salarié car en fait, il fait partie intégrante de l’ADN de Julie DDB-coaching. Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Eh bien, ma mission en tant qu’indépendante est d’aider les acteurs de la vie active à identifier et implémenter leurs solutions pour une vie professionnelle épanouie, que ce soit en tant que salarié ou en se lançant dans l’entreprenariat.

Quoi de mieux que d’évoluer moi-même dans les deux situations professionnelles ? Ainsi je peux aider les autres en expérimentant personnellement les solutions que je mets en place.

Revenons au sujet de l’article. Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Remettre l’Humain au centre de la relation professionnelle

Plutôt que d’échanger par mail avec mes clients, je vais les rencontrer sur place. Cela permet de remettre l’Humain au centre de la relation professionnelle le temps d’un meeting ou parfois d’un repas partagé avec eux. Ce sont des moments précieux qui renforcent la collaboration sur le long terme.

Montrer la volonté réelle de l’entreprise d’aider

J’aime écouter les questions des clients et les aider à trouver leurs solutions. Aller sur place me permet de leur faire prendre conscience que derrière l’écran du pc, il y a toute une équipe qui est prête concrètement à s’investir pour les aider. 

Sortir de ma zone de confort

Partir pour un si long voyage me demande de sortir de la zone dans laquelle je me sens à l’aise, comme un poisson dans l’eau. C’est comme cela que je définis la zone de confort 😊

D’un côté ce n’est pas agréable. Il y a les stress avant de partir, l’impression “d’abandonner sa famille” et la culpabilité qui va avec.

Et d’un autre, c’est l’occasion de se dépasser, se faire des choses différentes et donc au final de se développer, progresser, grandir.

Finalement ce n’est pas facile mais cela en vaut la peine.

Découvrir de nouveaux horizons

Rien de tel que de voyager pour s’ouvrir à d’autres cultures et coutumes. La découverte de la cuisine locale est également riche de sens et pour les sens. Attention cependant à bien s électionner les plats… et avoir un peu de chance pour ne pas manger le « truc qu’il ne faut pas » 😊. Vous l’aurez compris, j’ai déjà expérimenté ce genre d truc qui m’a cloué au lit pendant 24 heures. Mais bon, cela fait partie des risques du métier !

Pour conclure sur ce voyage en Asie

Partir pour un si long voyage est pour moi l’occasion de remettre concrètement du sens dans mon travail.
C’est une de mes solutions et c’est pour cela que je la partage avec vous.
Certes, c’est une solution qui n’est pas applicable à toutes les professions mais elle a pour vocation d’être source d’inspiration et motivation.

Je vous invite à me rejoindre sur ma page Facebook, pour suivre cette aventure au jour le jour.

Vous avez aimé cet article ? En voici un autre qui vous intéressera certainement:

-“Et pourquoi pas aimer les lundis ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *