Comment éviter l’épuisement professionnel ?

Quand nous entendons “épuisement professionnel”, nous pensons en général “surcharge de travail” et donc “risque de faire un BURN-OUT.

A côté de cette surcharge de travail, il y a également d’autres raisons qui peuvent pousser à se sentir épuisé par son travail.

Les 3 formes d’épuisement professionnel

Parmi les autres raisons susceptibles d’entrainer l’épuisement professionnel, il y a le manque de sens. Et la question qui va avec : -“A quoi je sers concrètement ?”

Il y a également le manque de tâches intéressantes ou tout simplement insuffisantes (oui, ça arrive, même dans le secteur privé).

Dans le cas d’un manque de sens, le risque est de s’épuiser au point de faire ce que l’on appelle un BROWN-OUT.

Dans le cas d’un manque de tâches intéressantes ou tout simplement insuffisantes, le risque est de s’épuiser (si, si, vous avez bien lu) au point de faire ce que l’on appelle un BORE-OUT.

Faire la différence entre ces 3 syndromes d’épuisement professionnel n’est parfois pas facile. En effet, vous pouvez très bien vous sentir stressés et proches du burn-out, alors qu’en fait, ce n’est pas la quantité de choses à faire qui pose problème mais bien la qualité, le sens que vous leur attribuez.

Pour résumer, l’épuisement professionnel peut se traduire de 3 façons :

  1.  Le BURN-OUT : Epuisement professionnel dû à une surcharge de travail de    longue durée
  2.  Le BROWN-OUT : Epuisement professionnel dû à l’ennui par manque de sens
  3.  Le BORE-OUT : Epuisement professionnel dû à un manque de tâches.

Les 5 étapes pour éviter les Burn-out, Brown-out et Bore-out

Si vous sentez que quelque chose ne va pas dans votre vie pro, la première étape est d’identifier clairement ce qui pose problème: surcharge de travail, trop peu de tâches intéressantes, trop peu de tâches tout simplement ou encore des missions qui ne vous parlent plus.

Pour vous aider à faire votre bilan d’épanouissement professionnel, voici un workbook inspirant que j’ai créé rien que pour vous.

En effet, les actions à mettre en place seront différentes d’un cas à l’autre. Dans tous les cas, vous devez agir avant qu’il ne soit trop tard.

Pourquoi? Car les conséquences d’un syndrome d’épuisement professionnel, quel qu’il soit, sont lourdes.

Voici une liste de conséquences,  non exhaustive:

  • Problèmes de santé
  • Perte de confiance en soi
  • Rejet de soi
  • Difficultés financières 
  • Sentiment de devoir se justifier pour faire face au regard des autres
  • Gestion d’un sentiment d’échec
  • Fatigue extrême
  • Mélancolie

La deuxième étape est d’accepter que quelque chose ne va pas. Cela paraît simple mais ne l’est pas forcément. Pour certains, cette étape ne prendra que quelques secondes, pour d’autres elle prendra plusieurs jours.

Ensuite, La troisième étape est de décider que c’est terminé, que vous ne voulez plus de cette situation.  

Vient alors, la quatrième étape consistant à imaginer votre vie professionnelle idéale, c’est-à-dire, si tout était possible. 

La dernière étape est d’agir, mettre des actions en place pour réduire le fossé entre votre vie pro actuelle et votre vie pro idéale. 

Mon conseil: commencez par de “petites actions”, faciles à implémenter et qui vous donneront rapidement des résultats positifs. En agissant de la sorte, vous initierez une spirale positive qui vous donnera de l’énergie pour continuer. 

Je vous remercie d’avoir lu cet article. Si vous l’avez aimé, je vous recommande ceux-ci également :

Prenez bien soin de vous 🙂 

Comment débuter en développement personnel?

Comment débuter en développement personnel?

Vous avez déjà entendu ces deux mots – DEVELOPPEMENT PERSONNEL – plusieurs fois et cela titille votre curiosité. A moins que vous ne vous disiez, comme je l’ai déjà entendu: “Moi, je n’ai pas besoin de me développer, je suis très bien comme cela”, vous avez envie d’en savoir plus. 

Seulement voilà, quand vous tapez ces 2 mots dans Google ou autre moteur de recherche, ce sont des centaines d’articles, de sites web, de formations qui se bousculent dans les résultats. La conséquence est que vous vous sentez un peu perdu et ne savez pas par quoi commencer…

Attention aux charlatans…

Certains amis bien intentionnés vous ont peut-être également conseillé de vous méfier de certains charlatans qui profitent de la détresse des gens pour leur promettre monts et merveilles avec le développement personnel. Et s’en mettre plein les poches au passage… Ils ont bien raison vos amis! Comme dans tous les domaines, il existe des personnes peu scrupuleuses qui profitent des autres. Je voudrais cependant vous rassurer. Avec un peu d’habitude, on apprend vite à reconnaître ce genre de profiteur et donc à les éviter. 

Comment j’ai débuté.

Il y a quelques années, j’étais comme vous. Je ne connaissais pas le développement personnel. Et puis un jour, je suis tombée dans sa marmite, par le plus pur des hasards. Un peu comme Obélix dans la marmite de potion magique à part qu’ici, je n’ai rien bu 🙂

C’est dans une librairie que mon incroyable découverte a eu lieu.

Au détour d’un rayon, absorbée par tous les titres les plus accrocheurs les uns que les autres, mes yeux se sont posés sur une couverture bleu clair ornée d’un rond orange qui me fixait tel un œil hypnotiseur. Nous nous sommes regardés ainsi quelques secondes et l’œil orange s’est transformé en aimant qui a attiré ma main qui s’est alors mise en mouvement pour le saisir.

Arrêt sur image, le livre et moi… Je peux à présent faire connaissance avec lui. Il se nomme « Miracle Morning – offrez-vous un supplément de vie !»

Enchantée, moi c’est Julie, vous m’avez l’air intéressant, lui dis-je. Vous pouvez m’en dire plus ? Et là, je retourne le livre pour découvrir sa couverture arrière : « 5h30 – 7h30 : vous avez rendez-vous avec le succès. »

De mieux en mieux… Mais qui est donc l’auteur ? « Hal Elrod ». Je ne connais pas ce monsieur mais d’après sa courte biographie, il donne envie de lire son livre. C’est un auteur américain de 36 ans, conférencier en développement personnel et marathonien. Alors qu’il était jeune adulte il a eu un accident de la route très grave qui ne lui pas ôté la vie mais a laissé son corps et son âme en morceaux. Il a trouvé la force de se reconstruire grâce à un rituel qu’il a pratiqué chaque matin et qu’il a baptisé Miracle Morning.

Alors, j’ai ouvert le livre et lu la première page… Voilà c’était trop tard, j’étais tombée dans la marmite du développement personnel. 

Premier livre d’une longue série.

A partir de ce moment là, je n’ai plus arrêté de lire sur le sujet.

Miracle morning

Et donc comme je vous l’ai dit, je n’ai rien bu mais bien LU.

En résumé, ce livre préconise de suivre une routine matinale quotidienne. Pourquoi? Car cela permet d’augmenter l’énergie, la motivation, la productivité et permet de réduire le stress.

Un autre principe que j’ai retenu est que nous finissons par ressembler à la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Oups, choisissons donc bien nos fréquentations ! Evitons le plus possible celles qui sont négatives, qui voient tout en noir, et préférons passer du temps avec celles qui voient la vie positivement, tout en couleur.

Pour terminer, il faut 30 jours pour que quelque chose devienne une habitude. Les 10 premiers jours sont difficiles. Les 10 suivants un peu plus faciles mais encore ennuyants et les 10 derniers font place à un sentiment de fierté voire même de plaisir : ça y est, la nouvelle habitude est ancrée!

Et donc, pour débuter… quoi lire et quand lire?

Voici donc ce que je vous conseille pour débuter: en lisant des livres sur le sujet, tout simplement!

Pas besoin de dépenser des fortunes, juste acheter ou louer quelques livres. Personnellement je préfère avoir un exemplaire papier pour pouvoir souligner les passages importants et pouvoir les annoter.

Certains penseront très forts : “Mais je n’ai pas le temps de lire, moi!” Alors je vous réponds qu’il faut prendre le temps. Comment? En vous aménageant une plage quotidienne réservée à cela. Par exemple 15 minutes au réveil (comme préconisé dans le Miracle Morning :)) ou à tout autre moment de la journée qui vous convient. Pourquoi pas dans les transports en commun ou lors de votre pause de midi. A vous de voir!

Vous allez me dire que 15 minutes ce n’est pas grand chose. Effectivement, cela représente entre 10 et 20 pages par jour en fonction de votre vitesse de lecture et de la difficulté du texte. Mais sur une semaine, cela fait entre 70 et 140 pages et sur un mois entre 300 et 600 pages! C’est pas mal, vous ne trouvez pas?

 Dans un prochain article je vous présenterai en détails d’autres livres impactant. En attendant voici déjà 3 bouquins que vous pouvez lire pour continuer ou pour commencer si le “Miracle Morning” ne vous tente pas:

Livres développement personnel

Bientôt mon livre…

Je suis super contente car j’ai écrit les dernières lignes de mon premier livre!!

Celui-ci parle de sens au travail et de développement personnel. J’y raconte pas à pas comment j’ai découvert ce monde et voyagé d’étape en étape pour l’explorer.

Quand je dis bientôt, ce sera vraisemblablement au printemps 2020 car il reste pas mal de chose à accomplir après l’écriture: la relecture par quelques personnes, la mise en page, l’édition… le chemin est encore long avant sa sortie! 

Vous avez aimé cet article? Alors dites-moi: “Quel va-t-être le prochain bouquin que vous allez lire?”

N’hésitez pas à le partager, cela pourra plaire à d’autres personnes et  les aider en leur faisant découvrir le monde du développement personnel 🙂 🙂 🙂 

Voici un autre article qui pourrait vous intéresser: Et pourquoi pas aimer les lundis?

Et pourquoi pas aimer les lundis?

Et pourquoi pas aimer les lundis?

C’est irrémédiable, chaque lundi, une nouvelle semaine commence!

J’aime  représenter le lundi comme le point de départ d’une nouvelle boucle temporelle qui commence. Boucle d’une semaine qui comprend elle-même 7 boucles d’une journée. 

Il n’y a que 52 lundis dans une année et 4680 dans une vie (si on considère vivre 90 ans!).

Alors pour ceux qui redoutent les lundis, je vous pose cette question: est-ce que cela en vaut la peine?

Je vous propose de voir cette journée sous un aspect différent, positif et motivant.

4 raisons d’aimer les lundis

Nouveau départ

C’est le jour idéal pour planifier vos objectifs de la semaine. A vos agendas! 

Objectifs professionnels:

Commencez par toujours vous demander ce qui est le plus important parmi toutes vos tâches. Une fois ces tâches “clés” réalisées vous serez tout de suite plus “léger(e)s” pour continuer les autres missions, moins importantes.

Objectifs organisationnels:

Intendance, activités des enfants, coiffeur… Prenez 15 minutes pour planifier tout cela et avoir une vision globale de votre semaine, vous serez alors plus en confiance dans le fait d’arriver à tout caser sans stress.

Objectifs personnels:

Ceux-là ont bien souvent tendance à être mis de côté. Nous savons toutes et tous comment ça va, le boulot et les autres d’abord, ensuite, si il reste un peu de temps, on s’occupera de nous… Et bien, pour tenir sur le long terme, je vous conseille de les remettre au premier plan. Tout du moins sur un pied d’égalité aves les objectifs professionnels et organisationnels.

Faire le bilan de votre situation professionnelle

Après avoir pris du recul pendant le week-end, soit en ayant fait du sport, la fête ou simplement la sieste, vous êtes prêt(e)s pour vous poser la question suivante: “suis-je réellement épanoui(e) dans mon job?

Pour vous aider dans votre réflexion, j’ai créé un outil spécifique que je vous invite à télécharger en cliquant ci-après:  “Faites votre bilan professionnel: Etes-vous réellement épanoui(e)s dans votre travail?”

Retrouver ses cher(e)s collègues

Après un week-end de pause, retrouver ses collègues préféré(e)s est un moment sympa pour partager vos moments forts avec eux. Ici, pas questions d’aborder les problèmes de boulot, juste passer un bon moment avec des personnes que vous appréciez.

Les lundis des possibles

Comme je l’ai dit dans l’introduction, chaque lundi est l’occasion de recommencer une nouvelle boucle temporelle. Vous pouvez aussi voir cela comme l’occasion de redémarrer un cycle où tout est possible… ou presque. Allez-vous continuer sans rien changer, ou aller vous agir pour améliorer certains aspects de votre travail? Tout est possible rappelez-vous!

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire ceux-ci également:

Comment découvrir ses talents et pourquoi est-ce si important?

Comment découvrir ses talents?

Pourquoi tes talents sont- ils si importants?

Tes talents sont ce pourquoi tu es doué de manière innée.

Tu n’as pas besoin de les acquérir, ils sont déjà présents en toi, même si parfois tu ne le sais pas. En effet, certains de tes talents sont bien enfouis dans ton inconscient.

La première étape est donc de prendre conscience de tes talents.

Ensuite, tu peux les développer afin d’accroitre ton potentiel.

Car, un talent inexploité ne sert pas à grand-chose, je peux même te dire que c’est du gâchis.

Talents vs Compétences

A côté de cela, il y a tout ce que tu as appris à faire et que tu fais très bien : ce sont tes compétences. Il ne faut pas les confondre avec tes talents.

Tes compétences sont les aptitudes, le savoir-faire que tu as acquis au cours de ta vie, que ce soit sur les bancs de l’école, dans le monde professionnel ou de manière autodidacte.

Ce pourrait être la compétence de parler le japonais ; tu l’as étudié et maintenant tu sais converser aisément dans cette langue. Ou encore cela pourrait être une compétence rédactionnelle, tu as appris à écrire des articles percutants.

Ce sont des aptitudes que tu as gagnées au fil du temps.

Talents vs points faibles

Dans notre société, il est courant de travailler à améliorer nos points faibles pour « être meilleur ».

C’est par exemple le cas de celui ou celle qui ne sens pas à l’aise quand il ou elle doit faire une présentation orale devant d’autres personnes. Le résultat est souvent un exposé ennuyeux, trop théorique, “trop ceci ou trop cela”.

Alors cette personne se dit que suivre une formation en techniques de présentation va lui permettre de devenir un King dans ce domaine … #cestmoilemeilleur.

Alors parfois, cela aide effectivement à s’améliorer dans une certaine mesure. Mais il y a peu de probabilité que cette personne devienne un orateur exceptionnel, autrement dit un orateur de talent. Une des conséquences est que la personne sera toujours frustrée quelque part de ne pas arriver à être excellente.

Alors pourquoi s’obstiner à vouloir devenir « le King » en présentation orale ?

Il serait plus porteur d’accepter que ce n’est pas un point fort et de ne pas capitaliser là-dessus pour se développer.

Alors je te pose une question : Et si, au lieu d’essayer d’améliorer tes points faibles, tu capitalisais sur tes talents et travaillais à les développer ?

Ne penses-tu pas que cela pourrait t’amener plus loin ?

C’est l’exemple de deux jeunes garçons qui aiment tous deux jouer au volley. L’un est naturellement doué et pas l’autre. A niveau d’entrainement et motivation égaux, les deux n’arriveront pas au même résultat. Celui qui est naturellement doué arrivera à un meilleur résultat que l’autre. Pour éventuellement arriver au même résultat, sans garantie, l’autre devra fournir plus d’effort et de travail.

Vois-tu où je veux en venir ?

Comment découvrir tes talents?

1. Introspection

Pour développer tes talents, la première étape est de les connaitre.

Alors, les connais-tu ?

Spontanément, à quoi penses-tu ? Note ce qui te vient ci-dessous.




Réfléchis ensuite à ce que tu aimais faire quand tu étais enfant et qui t’apportait un sentiment de plaisir à t’investir.

Peindre ? Jouer avec tes copains et aimer être leur chef ? Cuisiner en en mettant partout ou en étant déjà organisé ?
Amusant, non ? Cela peut peut-être te sembler désuet ou futile et pourtant… Je t’invite vraiment à faire cet exercice, car notre enfance recèle de nombreux trésors qui peuvent mettre en lumière notre fonctionnement actuel.

Creuse dans ton passé pour essayer d’en extraire l’essence de tes talents.

Quels sont tes talents?

2. Test spécifique

Ensuite, je te recommande de lire le livre “Découvrez vos points forts avec le test CliftonStrenghts®” 

Cachée dans le livre, une enveloppe qui renferme un code secret à gratter… ce code te permet de réaliser le test de CliftonStrenghts®, en ligne. Il te permettra d’identifier 5 de tes talents principaux. Tu trouveras alors des informations dans le livre sur les manières de t’en servir dans ton travail.

Il est également possible d’acheter directement l’accès au test en ligne, sans acheter le livre. Personnellement je préfère acheter le livre pour quelques euros en plus afin d’avoir une vue d’ensemble sur les 34 points forts décrits.

3. Faire appel à un coach

Une troisième voie pour t’aider à identifier tes talents est de faire appel à un coach.

Pourquoi ? Grace à son regard extérieur, neutre et objectif ainsi que son écoute empathique et ses questions puissantes, le coach te permet d’aller plus loin et plus vite dans l’émergence de tes talents.
Faire appel à un coach te permet de prendre de la distance, de recevoir un feedback constructif et de mettre en place ton plan d’actions concrètes pour révéler tes talents et mieux les développer afin de te valoriser.

Si cela te parle, j’ai créé un module spécifique de coaching:  “Découvre et révèle tes talents 

C’est un programme en 2 séances de coaching de 1 heure, avec des exercices à réaliser entre les 2 séances. Il y a aussi 2 bonus que je te laisse découvrir …

Si cet article t’a plu, n’hésites pas à le partager! Et si tu as des questions, vas-y, laisse les en commentaires! Je suis là pour y répondre 🙂

Voici d’autres articles qui pourraient t’intéresser: 

Comment garder son énergie après la rentrée?

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants.

Pour une total transparence, le lien Amazon est un lien affilié, cela veut dire que si vous achetez le livre via ce lien , cela n’augmente pas le prix pour vous et moi je reçois une petite commission pour m’aider à continuer à écrire ce blog.

Comment garder son énergie après la rentrée ?

Comment garder son énergie après la rentrée?

Voici le mois d’août qui se termine et qui clôture ainsi deux mois de vacances scolaires.
J’espère que vous avez pu en profiter pour faire un vrai break, loin du quotidien du travail.
Si c’est le cas, votre niveau d’énergie devrait être au top ! Avec la rentrée qui se profile, le challenge va-t-être de conserver toute cette énergie acquise pendant les vacances.

la plage pour booster son énergie avant la rentrée

Le problème est que bien souvent, ce niveau d’énergie diminue plus ou moins vite dès la rentrée de septembre.

Pourquoi ? Simplement en raison des horaires contraignants qui recommencent, la charge de travail élevée, l’organisation familiale, les repas, l’entretien de la maison, payer les factures… STOP !! Halte au tourbillon infernal. 

Tempête à la plage qui reflète la perte d'énergie après la rentrée
Image parDavid Mark de Pixabay

Concrètement, comment faire pour préserver cette énergie accumulée pendant les vacances? Et que la belle plage (ou montagne, campagne, autre endroit merveilleux…  )  de nos souvenirs ne se transforme pas en désastre?

Voici 4 clés pour y arriver

1. Faites ce que vous aimez

Posez-vous cette question fondamentale. Aimez-vous votre job actuel?

La raison est simple. Quand on fait ce que l’on aime, cela recharge nos batteries au fur et à mesure ; nous avons suffisamment d’énergie pour déplacer des montagnes.

Si la réponse est “oui”, c’est parfait! Par contre si la réponse est “non” alors il est peut-être temps de faire un bilan de votre situation pro et de mettre en place des actions pour que le “non” se transforme en “oui”!

2. Ecoutez votre rythme biologique

De combien d’heures de sommeil avez-vous besoin? Etes-vous un grand ou un petit dormeur ? Etes-vous plus efficace le matin ou le soir?
Adapter sa vie en fonction de son rythme biologique permet de ne pas dilapider son énergie à lutter contre soi.

En d’autres mots, si vous avez plus d’énergie le matin, profitez-en pour vous lever tôt, vous serez plus productifs.

Et si vous avez besoin de 8 heures de sommeil, allez dormir tôt, pour vous réveiller aux aurores et en forme!!

Ne luttez pas pour rester éveillés le soir, vous le paieriez cash après quelques jours! En effet, dans ce cas la fatigue s’accumulerait et serait difficile à récupérer: il ne suffit pas de dormir une fois 8 heures pour compenser le déficit!

3. Pensez à vous occuper de vous régulièrement

C’est égoïste me direz-vous de s’occuper de votre personne alors que vous avez tant de choses à faire pour les autres ?

Et bien non, je vous rassure, je dirais même que c’est altruiste de prendre le temps de s’occuper de soi.

En effet, si vous faites toujours passer les besoins des autres avant les vôtres, que va-t-il se passer à un moment donné ? Vous allez SATURER et en avoir assez, avec pour résultat que vous allez vous épuiser.

Tandis que si vous vous écoutez et osez vous accorder un peu de temps sans culpabiliser, cela va vous booster et donc renforcer votre capacité à aider les autres par la suite.

4. Adoptez des habitudes de vie saines

Cela peut paraître bateau mais, avoir un mode de vie sain permet réellement de maximiser son énergie.

C’est la base de tout ! Car un corps sans énergie est un peu comme une voiture sans carburant. Cela ne sert pas à grand chose!

Nul besoin de changer radicalement ses habitudes. Déjà apporter quelques adaptations simples aura déjà un impact très positif.

Comme par exemple, privilégier les produits bruts ou le moins transformés possible. Comme manger une pomme, sans la tarte qui l’accompagne 🙂


J’espère que cet article vous inspirera pour maintenir votre niveau d’énergie au top après cette rentrée!

 


A lire aussi, pour plus d’inspiration: 

Comment booster votre carrière dans la joie et la bonne humeur?

Bore-out: les 14 symptômes qui doivent vous alerter.


 

 

Les 5 caractéristiques du coaching .

Les 5 caractéristiques du coaching

Le coaching suscite beaucoup de questions. Parmis toutes celles que je reçois, on me demande souvent si il s’agit d’une thérapie, en quoi cela consiste exactement, comment se déroule une séance, qui peut se faire coacher et pour quelles raisons. Je vous détaille tout cela dans cet article.

1. C’est quoi?

Nous en entendons souvent parler. Il est vrai qu’au fil du temps le mot “coaching” est devenu un mot fourre-tout dans lequel est souvent inclus à tort différentes techniques comme la formation, le conseil, la thérapie, etc.

Cependant, il n’en est rien! En fait le coaching est un métier à part entière, avec ses règles, son éthique et ses formations dédiées.

2. A qui s’adresse – t- il?

Le coaching existe à différents niveaux: sportif, au niveau des entreprises ainsi qu’au niveau privé. C’est à ce niveau qu’intervient le coaching de vie.

Il est totallement personnel: le coach de vie accompagne celles et ceux qui souhaitent vivre une vie heureuse et épanouie ; une vie haute en couleurs.

Le coaching pour vivre une vie haute en couleurs.
Image parFree-Photos de Pixabay

3. Pourquoi se faire coacher?

Le coaching permet d’obtenir rapidement des résultats et de manière durable. Il ne s’agit pas de mettre un sparadrap superficiel sur une blessure qui donne l’illusion que l’on se soigne.

Il s’agit de trouver de vraies solutions, rapidement et durablement.

4. Le coaching vs. thérapie.

Une différence fondamentale avec la thérapie (psychothérapie, psychanalyse,…) est la durée.

En coaching, vous commencez par définir un ou plusieurs objectifs. Ensuite le coach vous donne une idée globale du nombre de séances qui seront nécessaires. Certains objectifs se réalisent en une séance, d’autres sont plus complexes. Ces derniers demandent alors plusieurs séances, en général en dessous de dix séances.

En thérapie, on sait quand on commence mais pas quand on termine. Aussi, le coaching se concentre essentiellement sur le présent et le futur, contrairement à la thérapie.

5. Comment se passe une séance?

Une séance de temps fixé commence toujours par la détermination de l’objectif de la séance.

Ensuite le coach par son écoute empathique et son questionnement pertinent permet au coaché d’avancer sur le chemin vers la réalisation de ses objectifs.

Le coach accompagne et encourage le coaché à trouver ses propres solutions, celles qui ne peuvent être trouvées que par sa propre réflexion. Le coach reste en permanence en position neutre c’est-à-dire de non-jugement.

Pour conclure

Si vous avez aimé cet article, je vous recommande également celui-ci : Les 9 principes pour définir des objectifs puissants

Je vous invite également à aimer cet article et à poser vos questions en commentaire!

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants.

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants .

Traduire ce que vous voulez en objectifs, ça parait simple n’est-ce pas? 

Et bien, en effet, ce n’est pas compliqué. Par contre définir des objectifs puissants, l’est un peu plus.

Je vous dévoile ici 9 principes à suivre pour définir des objectifs en béton…

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants

1. Utiliser le “Je”

Le premier principe est de formuler les objectifs à  la première personne, c’est-à-dire en utilisant le « JE ».

En effet, il s’agit de vos objectifs, pas de ceux de votre voisin, non?

Utiliser le “Je” permet de renforcer votre implication.

Par exemple “Arrêter de fumer” vs “Je vais arrêter de fumer”.

Quelle formulation est la plus impliquante? Je vous laisse deviner 🙂

2. Définir des objectifs de manière positive

Le second principe est de les formuler POSITIVEMENT.

Pourquoi ? En fait il s’agit de s’adresser à votre cerveau d’une manière telle qu’il traite correctement la demande.

Pour le cerveau, un objectif négatif est abstrait. Et de ce fait n’est pas traité comme nous le souhaiterions.

Par exemple, si je vous mets comme objectif de ne pas penser à une poire, vous allez penser à quoi ? A une « foutue » poire.

De la même façon, si vous vous dites « je veux perdre du poids », alors le cerveau se concentre alors sur le mot « perdre » qui a une connotation négative. Et comme l’être humain n’aime en général pas de perdre, il y a beaucoup de probabilité qu’il fasse tout inconsciemment pour saboter tous vos efforts de perte de poids.

En formulant vos objectifs positivement, ils deviennent alors concrets pour le cerveau. Pour reprendre les deux exemples ci-dessus, le premier deviendrait alors : « je vais penser à une pomme » et le second deviendrait : « je vais m’alléger de 5 kilos ».

Formuler un objectif positivement
Formuler un objectif positivement

3. Les objectifs doivent être uniquement sous votre contrôle

Le troisième principe est de formuler vos objectifs  en pensant uniquement aux paramètres sur lesquels vous avez de l’influence. Ce qui veut dire les paramètres qui ne dépendent que de vous.

En d’autres termes, les objectifs doivent être entièrement sous votre contrôle.

Voici un exemple simple : « Je veux gagner à la loterie» .  Est-ce totalement sous mon contrôle? Non, pas besoin de vous expliquer pourquoi. C’est un vœu pieu, ni plus ni moins.

4. Les objectifs doivent être SMART

S : Specific – Spécifique
M : Measurable – Mesurable
A : Achievable – Atteignable
R : Realistic – Réaliste
T : Timetable – Défini dans le temps

Exemple : « Je veux consommer moins d’alcool » devient : Sur une semaine, je limiterai ma consommation à 14 verres de vin maximum, sans dépasser 2 verres par jour.

« Je veux arrêter de fumer » devient : En un mois, je vais passer de 15 cigarettes par jour à 0 par jour.

5. Vérifier que les objectifs sont écologiques pour moi et les autres

Posez vous les questions suivantes pour vérifier que les objectifs sont bien écologiques pour vous et les autres.

-Est-ce que cela respecte mes valeurs ?
-Y-a-t-il un avantage à ne pas atteindre l’objectif ?
-Y-a-t-il un inconvénient à l’atteindre ?
-Est-ce qu’il aura un impact sur ma famille, mes amis, mes collègues ?

6.Vérifiez s’il y aura un prix à payer et si cela en vaut la peine.

Est-ce que cela va vous couter du temps, de l’énergie, de l’argent… Est-ce que cela vaut le coup ?

Prix à payer
Prix à payer

7. Quel est l’objectif de l’objectif?

En quoi est-ce important pour moi d’atteindre cet objectif ?

Par exemple si je ne fume plus, cela me permettra d’améliorer ma santé. Et donc de mettre toutes les chances de mon côté pour vivre plus longtemps.

En faisant cela, vous renforcez votre objectif, vous lui donnez une dimension plus vaste.

8. L’objectif est-il cohérent ? .

Vérifiez bien que votre objectif va dans la direction globale vers laquelle vous allez. C’est-à-dire qu’il soit en accord avec votre mission de vie.

9. Quel impact les objectifs auront-ils au niveau sensoriel ?

Il s’agit ici de tester l’objectif en se projetant au niveau sensoriel quand celui-ci sera atteint :

  • V (Visuellement) : Qu’est-ce que je verrai ?
  • A (Auditif) : Qu’est-ce que j’entendrai ?
  • K (Kinesthésique) : Qu’est-ce que je ressentirai ?
  • O (Olfactif) : Qu’est-ce que je sentirai ?
  • G (Gustatif) : Qu’est-ce que je gouterai ?

Pour terminer, je dirais qu’il est important aussi que l’objectif ne soit pas comme un sparadrap que l’on mettrait sur une blessure alors qu’un plâtre est nécessaire.

Définir des objectifs puissants sans essayer de remplacer un problème
L’objectif ne soit pas comme un sparadrap que l’on mettrait sur une blessure alors qu’un plâtre est nécessaire.

En d’autres mots, l’objectif ne doit pas essayer de remplacer un problème.

C’est l’exemple d’un couple qui décide de se marier alors qu’il va mal.

Le couple pense que le mariage règlera son problème. Mais ce sera probablement encore pire ensuite. Le mariage va donner l’illusion que le couple pourra s’en sortir et être heureux. Alors que ce ne sera que temporaire si le vrai problème n’est pas traité

Pour conclure, cela peut vous paraître compliqué mais à force d’appliquer cette méthode pour définir vos objectifs, vous verrez quelle vous paraitra de plus en plus facile. C’est comme l’enfant qui apprend à aller à vélo, au début cela lui semble très difficile et plus il essaye, plus il s’améliore pour finalement pédaler comme un chef. Il en va de même pour définir des objectifs puissants.

J’espère que cette méthode vous aidera, n’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires ainsi que vos objectifs.

Pour continuer, je vous invite à lire les articles suivants:

Comment booster ta carrière ?

Booste ta carrière
Booste ta carrière!!

Comment booster ta carrière ?

Il se peut qu’avec le temps, tu éprouves une certaine lassitude dans ton travail. Peut être même te sens-tu mélancolique… 

Il se peut aussi que tu en sois déjà à un stade plus avancé: clairement tu t’ennuies dans ton job. Cet ennui te pèse. Tu en as assez et tu ne sais pas comment faire pour t’en sortir. Sans le savoir tu es sur le chemin vers le Bore out (syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui)

En d’autres mots: tu te sens coincé.e dans ton job!

Seulement voilà, tu as déjà essayé d’en parler à ton entourage sans beaucoup de soutien. Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais personne ne paraît vraiment réceptif à tes considérations sur ce sujet. Parfois, si c’est comme ça a été le cas pour moi, on t’a peut-être considéré comme un extra-terrestre débarqué de sa planète 🙂 .

A l’époque, j’aurais été heureuse de trouver quelqu’un à qui en parler et surtout quelqu’un qui m’écoute vraiment! Mais voilà, cela n’a pas été le cas.

C’est pourquoi j’ai eu l’idée de créer un groupe privé sur cette thématique! 

J’ai nommé ce groupe « Booste ta carrière!! ». Il se veut être un espace d’échange et de partage. Pour qui? Pour celles et ceux qui souhaitent donner un nouvel élan à leur carrière. Tu y trouveras aussi de l’inspiration, des conseils, du soutien.

BIENVEILLANCE-RESPECT-CONFIANCE-CONFIDENTIALITE sont les 4 piliers du groupe

Rejoins-nous vite pour partager avec nous:  BOOSTE TA CARRIERE !!

Quelques mots à mon sujet…

Julie DDB
Julie DDB

Je suis Julie, 43 ans. Maman de 3 enfants de 16, 13 et 9 ans, je suis coach de vie et j’ai une expérience de 20 ans en entreprise en tant que manager.

Mon domaine de prédilection est le bien-être au travail. Ma mission est d’aider les autres à vivre une vie professionnelle plus épanouie et de manière plus globale de vivre une vie passionnante, haute en couleur.

Tu peux me contacter à l’adresse suivante : contact@croquetaforme.be ou via ce formulaire

Pense à aimer ma page Fb @lelivredejulie (profites-en pour participer au concours de l’été épinglé en haut de la page)

Et aussi à visiter mon site web . En cadeau de bienvenue, tu recevras mes 8 conseils pour plus d’énergie au quotidien. Car sans énergie, impossible de booster sa carrière 🙂

Cadeau de bienvenue
Cadeau de bienvenue

En début d’article, j’ai parlé de Bore-out. Tu veux en savoir plus, c’est ici: Comment définir le Bore out

Les 3 raisons qui font du Bore out un sujet sensible voire tabou

Bore out tabou
Les 3 raisons qui font du Bore out un sujet tabou.
Fini le tabou du Bore out

Dans cet article, je t’explique les raisons pour lesquelles le bore out est souvent considéré comme un sujet sensible, voire tabou. Heureusement, les langues se délient et les choses évoluent vers un mieux.

Le Bore out tabou ? Les 3 raisons du silence.

Se sentir “à part” et donc avoir peur du jugement.

La première raison est sans doute le fait de se sentir différent de ses collègues surmenés et de ceux qui  prétendent l’être.

En général, les personnes qui s’ennuient n’osent pas en parler. Pourquoi? Car ce n’est pas dans l’ère du temps d’avouer que l’on s’ennuie au travail. Dans une société où tout va toujours plus vite et où la rentabilité est souvent exigée, les personnes qui s’ennuient se trouvent complètement hors du cadre. En d’autres mots, elles se sentent « à part ».

Par exemple , j’aime l’image du nageur nageant à contre-courant. Aussi celle  de la personne qui parle à un mur en espérant qu’il lui réponde. Ou encore l’image d’un extra-terrestre qui débarquerait sur terre. Toutes ces images illustrent bien comment se sent un travailleur sur le chemin du bore out.

Parler à un mur. Le Bore out tabou
Image parNicole Köhler de Pixabay

Un sentiment de honte.

Personnellement quand je parlais de mon ennui, je ne trouvais pas d’écho à mes propos. Soit la personne à qui je m’adressais changeait de sujet très vite, soit elle me regardait avec curiosité, comme un extra-terrestre (encore lui 😊).

Elle finissait souvent par me dire : « avec quoi tu viens ? Tu as une belle place, un bon salaire, que te faut-il de plus »? Ou encore « Tu sais, il y a plein de gens qui vivent la même situation et qui s’en contentent très bien ».

Dans ces moments-là, je me sentais honteuse face à mon interlocuteur et je me promettais de ne plus me poser de questions et d’accepter ma situation. Après tout pourquoi aurais-je le droit d’agir différemment ?

La culpabilité.

A côté de la honte, il y a aussi la culpabilité.

La culpabilité de se dire que d’autres n’ont pas la chance de travailler.

Et puis il peut y avoir aussi la culpabilité de se dire que l’on ne fait rien pour changer la situation.

Le fait que nous vivions dans une société qui idéalise le travail aggrave probablement le jugement que les personnes qui s’ennuient au travail portent sur elles-mêmes.

Pour résumer… le Bore out tabou ?

Avouer que l’on s’ennuie dans son job alors que l’on est payé dérange. Surtout à notre époque où le fait d’avoir un travail est considéré en général comme une chance extraordinaire. Si de surcroît on ose dire que l’on souffre de cette situation, alors on est complètement incompris.

Heureusement, les choses changent, les mentalités évoluent, les langues commencent à se délier, ce qui devrait encourager plus de personnes à parler de leur mal être au travail. Mais il faut rester vigilant et s’adresser aux bonnes personnes.

En attendant si tu te reconnais dans cet article, je te conseille de rester bienveillant envers toi-même. Tu as le droit de te sentir « à part » des autres et cela ne doit pas te faire culpabiliser ou te sentir honteux.

Pour aider tous ceux qui s’ennuient dans leur travail et voudraient que cela change, j’ai créé un programme d’accompagnement spécifique. Vous souhaitez redonner un nouvel élan à votre carrière professionnelle? Plus d’infos? Cliquez ici.

Tu as des questions par rapport au bore out ? Je t’invite à les poster dans les commentaires.

Si tu as aimé cet article, je te recommande également de lire:

Mes 6 conseils pour neutraliser les facteurs de risque du Bore out.

Mes 6 conseils pour neutraliser les facteurs de risque du Bore out & Brownn out
Mes 6 conseils pour neutraliser les facteurs de risque du Bore out & Brown out

Alors aujourd’hui je vais te parler des facteurs de risque du Bore out  qui favorisent l’ennui au travail et donc le risque de Bore out & Brown out. 

Pour rappel, ces deux termes désignent le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui:

  • Le Bore out résulte d’une sous-activité (j’ai peu de choses à faire).
  • Son voisin le Brown out résulte lui d’une perte de sens (à quoi sert mon travail ??)

Le but bien évidemment est de vivre une vie professionnelle épanouie. Donc au plus tu seras conscient de ces facteurs favorisants, au plus tu seras vigilant à les éviter et les repousser. #Vaderetrosatana

Vie professionnelle épanouie, pleine de couleurs et joie de vivre
Image par rawpixel de Pixabay

J’ai relevé 6 facteurs de risque du Bore out ; il y en a peut-être d’autres. Je compte sur toi pour les mettre en commentaires si tu en identifies d’autres. Cela m’aidera à compléter le sujet.

En toute logique, au plus nombreux seront ces facteurs dans ton quotidien professionnel, au plus le risque de glisser subrepticement vers le bore-out sera présent.

Les 6 facteurs de risque du Bore out et mes 6 conseils pour les neutraliser.

Changement de fonction pour de mauvaises raisons

Cela peut te paraître étrange mais oui, parfois on peut accepter de changer pas tant pour le contenu du travail que pour obtenir de nouveaux avantages !

Par exemple des avantages matériels : un meilleur salaire, une belle voiture de société qui sent bon le neuf… Ou alors des avantages hiérarchiques en grimpant les échelons de l’entreprise. En général les deux types d’avantages sont liés.

Mais à quel prix ?

Il est nécessaire de bien évaluer si le job que l’on te propose est bien en accord avec tes valeurs, avec tes buts, tes désirs profonds avant de l’accepter… ou non.

Mon conseil : réfléchis à ce que sont tes valeurs et classe les par ordre d’importance.

Par exemple :

1. Honnêteté
2. Amour
3. Famille
4. Dépassement de soi
5. Courage
6. Etc…

Malheureusement, il n’est pas toujours évident de clarifier tout cela. La bonne nouvelle est qu’il est possible de se faire aider par un coach. Celui-ci va te permettre de clarifier tes valeurs et de vivre une vie en accord avec celles-ci. Tu seras dès lors aligné à tes valeurs et cela t’aidera à décider (entre autres) si oui ou non tu dois accepter cette          p ***** de promotion.

Rôle du coach: poser des questions et écouter les réponses. Facteurs de risque: changement de fonction pour de mauvaises raisons, acceptation promotion pour les avantages matériels et hiérarchiques.
Image parGerd Altmann de Pixabay

Une baisse d’activité

C’est cyclique dans beaucoup de sociétés : les périodes d’intense charge de travail alternent avec des périodes plus creuses. L’activité peut y être réduite à un point tel qu’on se demande à quoi ça sert d’être venu.

Même si tu sais que c’est temporaire, tu peux secrètement te monter le bourrichon et craindre que l’activité ne redémarre pas.

Au lieu de profiter de cette période de calme sereinement pour faire toutes les tâches que tu n’as pas eu le temps de faire en période de rush (= tâches ingrates), tu te mets à déprimer et à broyer du noir.

Le résultat est alors que tu ne trouves pas la motivation d’accomplir ces tâches secondaires, qui finissent par te rester sur les bras. Et ainsi commence une spirale négative.

STOP ! N’attends pas et réagis. Au risque de t’enfoncer un peu plus chaque jour vers l’ennui et la morosité.

Mon conseil : lâche prise et aie confiance en la reprise d’activité prochaine. En attendant, profites-en pour planifier la réalisation d’une tâche ingrate au minimum par jour. Je suis certaine aussi que tu as plein d’articles non lus qui t’attendent dans ta mailbox. C’est le moment idéal pour les lire sans culpabiliser.

Lecture relax avec tasse de café
Image parKarolina Grabowska de Pixabay

Une incertitude sur l’avenir de la société

C’est peu fréquent mais quand l’incertitude sur l’avenir de la société plane au-dessus de ta tête, il est difficile de t’en détacher complètement.
Même si les RH se veulent rassurantes, tu pourrais avoir tendance, encore une fois, à te monter le bourrichon et à imaginer le pire.

Comme j’ai utilisé l’expression « se monter le bourrichon » deux fois, je t’invite à cliquer ici pour en avoir la signification. 

Cette incertitude peut t’amener à te demander si ce que tu fais au sein de la société a toujours du sens. D’où le risque de glisser vers le Brown out.

Mon conseil : ne pas discuter entre collègues pendant des heures au sujet de l’incertitude. Comme personne ne sait vraiment ce qui se passe, ces discussions ne feront qu’alimenter les rumeurs et finalement ternir le tableau.

collègues qui discutent
Image par rawpixel.com from Pexels

La surqualification

Si tu acceptes, pour des raisons qui te sont propres, un poste pour lequel tu es surqualifié, alors tes compétences ne seront pas exploitées à leur juste valeur. Tu devras dès lors jouer un rôle qui ne te convient pas et au final tu te sentiras incompétent.

Mon conseil : privilégies les jobs où tu pourras exploiter tes compétences. Si tu es perdu à ce niveau, tu peux faire un bilan de compétences ou faire appel à un coach qui t’aidera à les mettre en lumière.

Illustrations des comprétences
Image parGerd Altmann de Pixabay

La monotonie

Toutes tes journées de travail se déroulent selon le même schéma : c’est le fameux métro, boulot, dodo qui est installé. Tu effectues dès lors ton travail tel un pantin dont les fils sont actionnés par l’habitude.

Mon conseil : apporte de la diversité dans tes habitudes, ne fut ce que de petites actions qui vont suffire à casser le schéma de la monotonie. Par exemple, rends-toi à ton travail par un autre itinéraire. Ou encore écoute un livre audio qui t’intéresse pendant que tu es coincé dans les bouchons. Je te recommande “Audible” si les livres audios t’intéressent. Psst: le premier livre audio est offert…

La mise sur “voie de garage”

Pour une raison mystérieuse, tu as été mis à l’écart plutôt que d’être licencié. Tu pourrais alors avoir l’impression d’être isolé et incompris. Au fil du temps qui passe, ta confiance en toi sera probablement impactée. De nouveau, une spirale négative est amorcée qui risquera de se terminer en bore-out.

Mon conseil: Commence activement à chercher un autre job!

Time for change. We are hiring. Facteurs de risque: la voie de garage, la mise à l'écart.
Image parGerd Altmann de Pixabay

Vous avez des questions par rapport au Bore out ? Je vous invite à les poster dans les commentaires.

Si vous avez aimé cet article, je vous recommande également de lire: