Comment j'ai réussi à redéfinir ma carrière à la quarantaine

A l’époque, j’allais avoir 39 ans, et je peux le dire maintenant sans honte ni regrets : j’en avais marre de mon travail de cadre en entreprise. J’étais dans une spirale négative depuis plusieurs mois qui me laissait un peu plus fatiguée chaque jour. Je ne voyais plus l’intérêt d’aller travailler. Je me demandais à quoi ce que je faisais servait réellement… Bref, mon travail avait perdu tout son sens.

Il m’arrivait de commencer la journée en me disant « Encore un jour perdu qui commence ». C’est terrible, non ?

Et pourtant, aujourd’hui je suis à nouveau épanouie. J’ai réussi à redéfinir ma carrière et à retrouver une vie professionnelle pleine de sens, sans quitter mon job (contrairement à ce que je pensais vouloir à l’époque).

En tout cela m’a pris 4 ans… En effet, j’ai effectué tout ce chemin seule, je n’avais personne pour me guider, pour m’aider à me poser les bonnes questions. Tout simplement, cela ne m’était même pas venu à l’esprit que quelqu’un pouvait m’aider. Et aussi, je n’étais pas fière de ma situation : en avoir marre avec un beau salaire, une voiture de société et d’autres avantages extra légaux, ce n’est pas très bien vu. La preuve, chaque fois que j’en parlais à un proche, il ne me comprenait tout simplement pas (avec quoi tu viens, tu as un travail, c’est déjà bien vu la conjoncture…).

Rétrospectivement, voici les grandes étapes que j’ai franchie pour redéfinir ma carrière.

1. La prise de conscience

Je me suis rendue compte que quelque chose n’allait pas un matin en arrivant sur le parking de mon entreprise.

La voiture enfin garée, je suis restée derrière le volant. Je me suis dit en soupirant, comme d’autres matins ces derniers mois : – Encore une journée perdue qui commence.

En un instant, j’ai pris conscience de la monstruosité de ce que je venais de dire.

Lire ici toute cette étape de la prise de conscience, chapitre extrait de mon livre « Encore un jour perdu qui commence – Comment remettre du sens dans sa vie professionnelle »

2. La décision

J’ai décidé ensuite, que c’était terminé, que j’allais agir pour sortir de cette situation même si je ne savais pas comment. En tout cas, une chose était certaine, je pensais vouloir quitter mon job pour faire autre chose.

Il s’agissait d’une vraie décision, pas d’un souhait : j’étais déterminée à agir pour que cela change et il n’y avait pas d’autres options possibles.

3. L’introspection

Au contraire des deux premières étapes, cette phase d’introspection a duré plusieurs mois (elle ne se termine jamais vraiment à vrai dire)

Faire son bilan complet

Pour faire mon bilan, j’ai consigné par écrit tout ce que j’aimais dans ma vie professionnelle, ce qui m’ennuyait mais que je supportais et ce que je ne supportais plus.

Définir ce que l’on veut

J’ai ensuite défini ce que je ne voulais plus et puis, j’ai mis le focus à définir ce que voulais !

En effet, le cerveau n’aime pas les informations négatives, il ne les traite pas correctement. Il ne les traite en tout cas pas comme on le souhaiterait. Par exemple si vous vous dites « je veux quitter mon job », votre cerveau va se concentrer sur le mot « quitter » qui a une connotation négative. Comme l’être humain n’aime en général pas « de quitter », il est probable qu’il fasse tout inconsciemment pour saboter vos efforts de quitter votre job et il est probable que vous y serez toujours l’année prochaine.

Donc j’ai passé beaucoup de temps à définir ce que voulais, pour redéfinir ma carrière en termes positifs.

Pour m’aider, j’ai utilisé une méthode puissante qui est de se projeter dans sa vie idéale dans 5 ans. Cette méthode permet de faire émerger des envies clés dont on n’a même pas idée !

Evaluer ses talents, compétences, valeurs et passions

L’étape suivante a été d’évaluer mes talents, compétences, valeurs et passions.

En effet, bien les connaitre permet de faire les bons choix, de prendre de bonnes décisions.

Ces 4 éléments constituent ce que j’appelle les ressources d’une personne : elles sont propres à chacun. Elles en font  leur unicité.

Evaluer ses moyens

Pour suivre, j’ai évalué mes moyens sur 3 plans :

  • Le plan énergétique
  • Plan du mental
  • Le plan matériel

Cela permet de déterminer si on est prêt à se lancer dans un processus de changement. Avez-vous suffisamment d’énergie ? Avez-vous le mental pour le faire (vous sentez-vous légitimes) ? Quels est précisément votre situation financière (afin de savoir en tout sécurité si vous pouvez par exemple supporter une période de transition et/ou financer vous-même une éventuelle formation dont vous auriez besoin).

4. Augmenter son niveau d’énergie

Dans mon cas, j’avais réellement besoin de remonter mes niveaux d’énergie et de confiance en moi. Ceux-ci avaient vraiment été ébranlés par ces mois de descente vers l’épuisement professionnel.

J’ai appris à remonter mon niveau d’énergie en agissant sur 4 axes : une bonne oxygénation du corps, une activité physique modérée, une alimentation saine et équilibrée et surtout, en prenant du temps pour moi.

Quant à ma confiance en moi, elle s’est redéveloppée au fur et à mesure de mon cheminement et de mes actions.

5. Le passage à l’action

Je suis passée à l’action en me formant au coaching, en lisant des dizaines de livres sur le développement personnel. Aussi, j’ai assisté à de nombreux séminaires.

Au final, j’ai créé « julieddb-coaching » afin d’aider les cadres et employés qui ressentent de la lassitude dans leur travail à redéfinir leur vie professionnelle sans se tromper pour retrouver entrain et motivation, même s’ils ne savent pas ni quoi faire ni comment le faire, grâce à du coaching sur mesure (et bientôt une formation en ligne 😉).

En fait, je suis devenue la personne à qui j’aurais aimé m’adresser quand j’étais en détresse. La personne qui aurait pu m’écouter, sans porter de jugement. Celle qui m’aurait aidée à remonter la pente, plus vite et en toute confiance.

En parallèle, j’ai réalisé que j’avais envie de me réinvestir plus dans mon travail salarié ; que j’aimais qu’il me permette d’exploiter mes compétences scientifiques (je suis bio ingénieur de formation). Avec le support de ma ligne hiérarchique, j’ai « remodelé » ma fonction (jobcrafting) pour qu’elle corresponde mieux à mes compétences et aspirations. Moi qui pensait vouloir quitter mon job quand j’allais mal… Il n’en était rien finalement.

A vous maintenant

Si vous aussi, vous voulez remettre du sens dans votre vie professionnelle et redéfinir votre carrière, voici la feuille de route pour le faire.

Elle va vous guider à redéfinir votre carrière sans vous tromper, sans prendre de risques financiers et en quelques semaines.

 

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire celui-ci : Comment découvrir ses talents et en quoi est-ce si important  

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •