Le challenge : 52 semaines – 52 articles pour une vie pro épanouie

Le challenge pour une vie pro épanouie

Le challenge

1 an, soit 52 semaines et 52 articles pour une vie professionnelle épanouie.

Bonjour, je suis Julie Derzelle-Dal Borgo fondatrice de Julie DDB-coachingvos solutions pour une vie pro épanouie.

Pour ceux qui se demandaient la signification de DDB et bien, vous le savez maintenant 🙂

J’ai créé ce site internet en juillet 2019 et ai commencé à y écrire de temps en temps des articles. 

En ce début 2020, je me suis lancée le défi d’écrire plus régulièrement. Alors, cela veut dire quoi “plus régulièrement” ? Cela veut dire que je me défie d’écrire 52 articles, soit 1 chaque semaine, pendant 1 an. Est-ce un objectif SMART ? Pour ceux qui me suivent déjà, vous savez que c’est un sujet qui me tient à cœur.

Alors, est ce SMART ?

  • SSpécifique ? Oui – en définissant le nombre d’articles, je sais spécifiquement ce que je dois faire. 
  • M – Mesurable ? Oui – Au 31 décembre, je pourrai comptabiliser les articles et vérifier que je suis à 52 !
  • A – Atteignable ? Oui – à condition d’avoir de la rigueur et l’inspiration !
  • R – Réaliste ? Oui – enfin, je l’espère 🙂
  • T – Défini dans le temps (vient de Timetable en anglais) ? Oui – 52 semaines

Déjà publié dans le cadre du challenge

Comment trouver l’inspiration ?

J’en suis au quatrième article. Pour l’instant, l’inspiration est au rendez-vous ! A mon avis, pour les 10 premiers articles, ça va être facile de trouver des sujets. Pour les 10 suivants, cela va déjà être plus compliqué mais jouable… Par contre, au-delà du vingtième, j’ai peur d’avoir difficile à identifier des thèmes sur lesquels écrire. 

Donc, je compte sur vous pour m’encourager et me dire si vous aimez les articles ou mieux s’ils vous aident à améliorer votre vie professionnelle.

C’est sûr, je vais avoir besoin de vous pour garder ma motivation sur 52 semaines !!

Merci d’avoir lu cet article jusqu’à la fin.

Pour recevoir mon workbook pour faire votre bilan d’épanouissement professionnel, cliquez sur ce lien : êtes-vous réellement épanoui(e)s au travail?

Les 4 soft skills clés pour réussir son voyage d’affaires

Les 4 softs skills ou compétences douces clés pour réussir son voyage d'affaires

Tandis que je suis dans le dernier des 3 avions qui me ramène en Belgique, quelque part entre Francfort et Bruxelles, je me mets en “mode bilan”. Je repense à mon voyage d’affaires dans sa globalité et me demande ce que cela m’inspire à cet instant précis.

Pour la petite histoire, je suis partie 12 jours en Asie (Myanmar, Thaïlande, Vietnam) pour une mission professionnelle dans le cadre de mon emploi salarié. Le but de cette mission était de rencontrer les clients de l’entreprise qui m’emploie dans leur environnement et discuter avec eux afin de définir leur degré de satisfaction et leurs besoins pour les mois à venir.

Ciel d'inspiration

C’est donc en regardant ce ciel magnifique que l’inspiration me vient. Tout d’abord, je me dis que cela en valait la peine !

Tout ce temps consacré à la mission a permis de remettre l’Humain au centre de la relation professionnelle et ainsi de la renforcer.

En face à face, les clients sont plus enclins à parler, les langues se délient, les idées émergent. Avec pour résultats de nouveaux projets à développer entre notre équipe et eux.

Voici à présent les points clés qui m’apparaissent comme une évidence, chacun étant une compétence douce ou soft skills. 

1. La bienveillance

En repensant au voyage, c’est le mot qui s’impose à mon esprit. Toutes les personnes rencontrées étaient bienveillantes. Tant dans les aéroports, les gares, les taxis, les hôtels que lors des réunions dans les différentes entreprises visitées. Pour moi, c’est vraiment une des clés majeures quand on voyage : être bienveillant envers les autres pour pouvoir s’accorder avec eux.

2. La tolérance – l’ouverture d’esprit

Un autre point clé est d’ouvrir son esprit à la culture que l’on rencontre, à tous niveaux. Par exemple, je pense à ceux qui éructent à table, crachent, se raclent la gorge… il ne s’agit pas d’impolitesse pour eux mais quelque chose de tout à fait normal. Ne pas s’en offusquer et ‘faire avec” permet de continuer à manger avec appétit 🙂

Accepter les différentes façons de conduire, les horaires de chacun, les us et coutumes. Tout cela permet de s’adapter au pays et personnes rencontrées.

3. La patience

Ahah la patience… Il en faut une bonne dose pour supporter tous les temps d’attente inhérents au voyage. Je pense particulièrement au trafic dans certaines villes avec une vitesse moyenne de 20 km/heure (en voiture, pas à vélo) ou alors au temps passé entre deux avions ou encore dans l’avion. Rien ne sert de s’énerver, c’est comme cela, cela fait partie de l’ensemble. 

4. L’agilité

Partir en mission professionnelle à l’étranger demande une grande souplesse, de pouvoir sortir de sa zone de confort et de s’en accommoder. Bref, cela demande d’être AGILE.

L’agilité est un réel atout en voyage professionnel (et pas que…). Elle permet de ne pas subir une situation qui à priori semble déplaisante et de trouver les ressources pour la dépasser et trouver des solutions.

Pour conclure, voici le résumé des compétences douces ou “soft skills” pour un voyage d’affaires réussi :

  • La bienveillance
  • La tolérance et l’ouverture d’esprit
  • La patience
  • L’agilité

Vous avez aimé cet article? Je vous recommande alors celui-ci :

Pourquoi je pars 12 jours en Asie pour mon emploi salarié

Vous souhaitez découvrir d’autres soft skills à maîtriser en entreprise ? Je vous recommande cet article :

Les 15 soft skills à maîtriser en entreprise

Bilan 2019: création de JulieDDB-coaching

Mon bilan 2019: création de Julie DDB-coaching

L’heure du bilan de 2019 a sonné. C’est la première fois que je fais cette démarche et elle me parait très constructive.

En effet, j’ai parfois l’impression de n’avoir pas accompli grand-chose sur cette année.

Alors faire un bilan est un bon moyen de prendre conscience qu’en fait, oui, cette année fût riche en accomplissements.

Pas d’objectifs concrets au premier janvier 2019.

Il y a un an, j’avais déterminé des objectifs pour 2019, mais ceux-ci n’étaient pas SMART.

  • S:     Spécifique
  • M:    Mesurable
  • A:     Atteignable
  • R:     Réaliste
  • T:      Défini dans le temps (de l’anglais Timetable)

Il s’agissait :

  1. Créer une entreprise qui me ressemble
  2. Ecrire un livre en lien avec mon entreprise
  3. Développer ma visibilité sur les réseaux sociaux
  4. Créer un site web dédié

Certes, ce sont des objectifs mais ils sont loin d’être spécifiques et mesurables. Dans le sens, “ça veut dire quoi exactement créer une entreprise qui me ressemble ?”, “ça veut dire quoi développer ma présence sur les réseaux sociaux ?”. Il aurait fallu détailler. Par exemple, quels réseaux sociaux ? Combien de post par semaine? Quel nombre de followers à atteindre pour le 31/12/2019, etc… 

Depuis, j’ai pris conscience de l’importance de définir des objectifs SMART, et pas seulement des objectifs.

Je me suis donc intéressée de près à ce sujet et en ai fait un article complet :

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants.

Créer une entreprise qui me ressemble

Depuis janvier 2017, je faisais du conseil en nutrition. Le nom de mon entreprise était Croquetaforme. J’aimais cette activité et cependant quelque chose me manquait. Une petite voix au fond de moi me disait que je ma “contribution au monde” se situait au-delà du conseil en nutrition. Aussi que ce qui pourrait vraiment aider les autres était de partager mon expérience professionnelle d’ennui au travail et des solutions que j’avais mises en place pour en sortir. Il n’a pas été facile pour moi d’oser en parler et j’avais pas mal de craintes sur l’accueil que cela aurait. Tant par l’entreprise pour laquelle je travaille toujours à temps partiel, que par ma famille, mes amis et mes futurs clients.

Et puis, je me suis lancée en créant Julieddb-coaching en juillet 2019. La concrétisation de ce projet a pris beaucoup de temps car comme je l’ai déjà dit, j’avais beaucoup de freins à supprimer pour me sentir à l’aise avec le fait de parler de mon expérience d’ennui professionnel.

Ecrire un livre en lien avec mon expérience professionnelle

Ecrire un livre n’est pas une mince affaire, c’est pourquoi j’ai décidé de me faire accompagner par une coach d’auteur. C’était en février 2019, lors de la foire du livre de Bruxelles.

L’écriture a permis de clarifier mes idées et ressentis par rapport à ce que j’avais vécu professionnellement, à savoir l’ennui et le syndrome d’épuisement professionnel par perte de sens (Brown-out)

La création de Julie DDB-coaching et du livre sont vraiment complémentaires : l’un nourrit l’autre et vice-versa. 

La remise de sens dans mon travail salarié alimente également ces deux pôles.

Développer ma visibilité sur les réseaux sociaux

Il y a quelques mois, je n’avais même pas de compte Facebook ! Tout cela pour dire que j’ai commencé de zéro. 

Depuis, j’ai créé la page Facebook @julieddbcoaching  ainsi qu’un profil sur LinkedIn

Je prends beaucoup de plaisir à publier quotidiennement du contenu que je veux qualitatif, sur Facebook. En effet, pour l’instant ma communication s’adresse principalement aux particuliers (B to C) plutôt qu’aux entreprises (B to B) et donc, je privilégie Facebook à LinkedIn.

A la création de ma page, 150 personnes s’y sont rapidement abonnées, pour la plupart faisant partie de mes amis Facebook. Au 31/12/2019, ce nombre a presque doublé : 298 personnes suivent maintenant l’actualité de Julie DDB-coaching. C’est tellement motivant !

Créer un site web dédié

J’avais déjà un site web, dédié au conseil en nutrition. Plutôt que de recommencer de zéro, j’ai choisi de faire évoluer ce premier site avec l’aide d’un ami. Au final, j’ai presque tout modifié mais au moins, je ne perdais pas le trafic lié à mon premier site web.

Dans ce domaine aussi je suis partie de zéro. Je n’y connaissais absolument rien en création de site et en écriture d’articles de blog. J’ai tout appris au fur et à mesure. Cela prend du temps mais aujourd’hui je peux être fière du résultat! J’arrive à écrire du contenu qui soit OK avec les règles de référencement. Vous m’auriez parlé de référencement il y a quelques mois, je ne vous aurais pas compris:)

Bilan : pour conclure

Le mot qui résume cette année est CREATION : entreprise, site web, page Facebook, livre.

Et pour 2020 ?

En 2020, je vais mettre le focus sur le DEVELOPPEMENT de JulieDDB-coaching.

Pour cela je vais :

  •  Ecrire un article par semaine (j’ai déjà commencé depuis 1 mois…) sur l’ennui au travail et comment en sortir.
  • Continuer à publier quotidiennement sur ma page Facebook avec pour objectif 1000 abonnés 
  • Finaliser le livre en accord avec l’éditeur. Il serait ainsi publié en avril ou septembre.

Je terminerai en vous remerciant de votre intérêt et de votre soutien lors de cette année de création. Tout cela n’aurait pas de sens sans vous !

Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Ce dimanche 05 janvier, je ne me suis pas préparée à retourner au bureau après 2 semaines de congé. Je me suis préparée pour partir 12 jours en Asie !

Il s’agit d’un voyage professionnel dans le cadre de mon emploi salarié.

Car oui, j’ai toujours un emploi salarié à temps partiel !

En résumé, ma vie professionnelle se partage donc actuellement en 2 parties : une partie salariée et une partie  indépendante avec Julie DDB-coaching.

J’ai décidé en 2020 de ne plus parler uniquement de la partie indépendante mais bien aussi de parler de mon travail salarié car en fait, il fait partie intégrante de l’ADN de Julie DDB-coaching. Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Eh bien, ma mission en tant qu’indépendante est d’aider les acteurs de la vie active à identifier et implémenter leurs solutions pour une vie professionnelle épanouie, que ce soit en tant que salarié ou en se lançant dans l’entreprenariat.

Quoi de mieux que d’évoluer moi-même dans les deux situations professionnelles ? Ainsi je peux aider les autres en expérimentant personnellement les solutions que je mets en place.

Revenons au sujet de l’article. Pourquoi je pars 12 jours en Asie en tant que salariée ?

Remettre l’Humain au centre de la relation professionnelle

Plutôt que d’échanger par mail avec mes clients, je vais les rencontrer sur place. Cela permet de remettre l’Humain au centre de la relation professionnelle le temps d’un meeting ou parfois d’un repas partagé avec eux. Ce sont des moments précieux qui renforcent la collaboration sur le long terme.

Montrer la volonté réelle de l’entreprise d’aider

J’aime écouter les questions des clients et les aider à trouver leurs solutions. Aller sur place me permet de leur faire prendre conscience que derrière l’écran du pc, il y a toute une équipe qui est prête concrètement à s’investir pour les aider. 

Sortir de ma zone de confort

Partir pour un si long voyage me demande de sortir de la zone dans laquelle je me sens à l’aise, comme un poisson dans l’eau. C’est comme cela que je définis la zone de confort 😊

D’un côté ce n’est pas agréable. Il y a les stress avant de partir, l’impression “d’abandonner sa famille” et la culpabilité qui va avec.

Et d’un autre, c’est l’occasion de se dépasser, se faire des choses différentes et donc au final de se développer, progresser, grandir.

Finalement ce n’est pas facile mais cela en vaut la peine.

Découvrir de nouveaux horizons

Rien de tel que de voyager pour s’ouvrir à d’autres cultures et coutumes. La découverte de la cuisine locale est également riche de sens et pour les sens. Attention cependant à bien s électionner les plats… et avoir un peu de chance pour ne pas manger le « truc qu’il ne faut pas » 😊. Vous l’aurez compris, j’ai déjà expérimenté ce genre d truc qui m’a cloué au lit pendant 24 heures. Mais bon, cela fait partie des risques du métier !

Pour conclure sur ce voyage en Asie

Partir pour un si long voyage est pour moi l’occasion de remettre concrètement du sens dans mon travail.
C’est une de mes solutions et c’est pour cela que je la partage avec vous.
Certes, c’est une solution qui n’est pas applicable à toutes les professions mais elle a pour vocation d’être source d’inspiration et motivation.

Je vous invite à me rejoindre sur ma page Facebook, pour suivre cette aventure au jour le jour.

Vous avez aimé cet article ? En voici un autre qui vous intéressera certainement:

-“Et pourquoi pas aimer les lundis ?

3 éléments à prendre en compte avant de quitter son travail en cas d’ennui

3 éléments à prendre en compte avant de quitter son travail, en cas d'ennui.

Vous vous ennuyez dans votre travail et vous n’en pouvez plus de regarder l’heure en attendant la délivrance de la fin de journée? C’est terrible!

Peut-être vous êtes-vous déjà demandés si vous ne feriez pas mieux de quitter votre travail et postuler ailleurs? 

La première réponse qui vient naturellement à l’esprit est OUI

C’est une des options possibles, en effet. Par contre ce n’est pas forcément la meilleure!

Afin de vous aider à prendre votre décision de quitter votre travail ou pas, voici 3 éléments à considérer ou encore 3 pistes de réflexion.

Vos points d’intérêt.

Vous ennuyer au travail entraine un biais sur votre vision globale. Vous faites un focus sur l’ennui et avez tendance ainsi à occulter ce que vous aimez  faire. Car il y a certainement des tâches, actions, missions qui vous plaisent toujours ; ou alors ce sont peut-être vos collègues avec qui vous aimez discuter.

Il est donc important de lister tous les aspects de votre travail qui vous plaisent. Prenez bien le temps de tout considérer:

  • Tâches récurrentes
  • Tâches exceptionnelles
  • Missions
  • Hiérarchie
  • Balance vie pro-vie perso
  • Collègues
  • Ambiance de travail
  • Bien-être
  • Rémunération
  • Possibilité d’évolution

Ensuite, attribuez une note sur 10 à chaque aspect qui vous plait, en fonction de l’importance que vous lui accordez. 0 étant le minimum et 10 le maximum.

Par exemple, si pour vous il est important d’avoir un Manager qui vous fasse confiance et que c’est le cas, mettez 9 ou 10/10 en regard de ce point.

Vos points d’ennui

Maintenant que vous avez votre liste de ce que vous appréciez dans votre travail, il est temps de définir précisément ce qui vous ennuie, et d’en faire la liste.

Pour cela, prenez bien le temps encore une fois de considérer tous les aspects de votre travail (tâches récurrentes, exceptionnelles, missions, etc.). 

Ensuite, attribuez une notre à chaque aspect qui vous ennuie, de la même façon que précédemment et en fonction de votre degré d’ennui.

Par exemple, si pour vous, le fait d’avoir des horaires non flexibles vous ennuie fortement, attribuez lui un 9 ou 10/10.

L’intérêt de lister et de coter ce que vous appréciez et ce qui vous ennuie, permet de factualiser vos ressentis, les rendre concrets et leur donner un poids. Aussi, vous allez pouvoir comparer les deux listes et en tirer des enseignements. 

L’herbe n’est pas plus verte ailleurs

L’herbe n’est pas plus verte ailleurs – Elle est plus verte là où elle est arrosée.

Cette célèbre citation illustre parfaitement le fait que quitter votre travail pour un autre ne vous rendra pas forcément plus heureux.

Vous risquez à long terme d’avoir des regrets par rapport à vos points d’intérêts délaissés dans votre travail précédent.

Aussi, vous risquez de vous retrouver après un certain temps dans la même situation que vous celle que vous avez fui. L’ennui risque bel et bien de revenir vous tarauder.

Pour conclure, je vous pose la question suivante:

Et si, au lieu de quitter votre job et d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, vous décidiez de rester et d’arroser votre herbe?

Pour vous aider à faire votre bilan d’épanouissement professionnel, je vous invite à télécharger le workbook que j’ai créé expressément pour cela.

Vous avez aimé cet article? En voici un autre qui vous intéressera certainement:

-Ma méthode pour la planification de votre vie professionnelle épanouie.

Ma méthode pour la planification 2020 de votre vie pro épanouie.

Ma méthode pour la planification 2020 de votre vie professionnelle épanouie.

Ca y est, dans quelques jours nous entrerons dans une nouvelle année, et pas n’importe laquelle! 2020 sera la première année d’une nouvelle décennie ainsi qu’une année de 366 jours au lieu de 365. Nous aurons donc 1 jour en plus pour atteindre nos objectifs.

N’est-ce pas fantastique?  

Et comment atteindre vos objectifs? Par la planification de ce que vous voulez obtenir en  2020.

1. Faites le bilan de l’année écoulée

Cette fin 2019 est le moment idéal pour réaliser un BILAN de l’année écoulée. Pourquoi?

  • Il servira de base, de terreau, pour semer les graines de vos réalisations professionnelles en 2020.
  • La période des fêtes vous permet de vous poser, de prendre du recul par rapport à votre vie professionnelle.

Pour faire votre bilan, prenez rendez-vous avec vous-même et notez-le dans votre agenda, pour ne pas l’oublier.

Le moment venu, proposez-vous une tasse de thé, de café ou encore une praline. Si vous faites attention à votre ligne ou votre santé, oubliez la praline et préférez-lui un morceau de chocolat noir 85% de cacao. L’idée derrière cela est d’être bienveillant.e avec vous-même pour vous mettre dans de bonnes dispositions.

Ouvrez ensuite un document Word ou un carnet et questionnez-vous sur votre année 2019. Listez tout ce qui vous vient à l’esprit, sans vous censurer.

  1. Qu’avez-vous aimé dans votre job qui vous a apporté de la satisfaction et motivation?
  2. Quelles sont les actions, les tâches que vous avez réalisées de manière neutre. C’est-à-dire celles que vous avez faites sans qu’elles ne vous apportent de réactions particulières: satisfaction ou ennui.
  3.  Enfin, demandez-vous ce que vous ne supportez plus dans votre job.

Une fois ce bilan terminé, vous aurez tous les éléments nécessaires pour passer à la suite. Celle-ci consiste à voyager dans le temps, plus précisément dans votre futur… 

2. Projetez-vous dans 1 an

Vous allez imaginer votre futur dans 3 cas de figure:

  1.  Si rien ne change par rapport à 2019.
  2.  En supposant que les choses que vous ne supportez plus au travail soient résolues.
  3.  Si vous aviez une baguette magique et que tout était devenu possible.

Let’s go!

ETAPE 1: Si rien ne change

Voilà un exercice très puissant. Fermez les yeux et imaginez-vous dans 1 an jour pour jour si vous ne changez rien par rapport à tout ce que vous avez écrit dans votre bilan.

  • Que voyez-vous?
  • Qu’entendez-vous?
  • Que ressentez-vous?
  • Quels sont les parfums qui vous entourent?
  • Que goutez-vous?

Le but est de vous représenter sensoriellement dans un an.

ETAPE 2 : Si plus rien ne vous insupporte au travail

Maintenant, refaites le même exercice en imaginant que tout ce que avez indiqué dans le point 3 de votre bilan, c’est-à-dire ce que vous ne supportez plus dans votre job aille disparu.

Prenez bien le temps de vous représenter sensoriellement dans ce cas de figure.

ETAPE 3: si tout était possible

Pour terminer – j’ai gardé le meilleur pour la fin – imaginez votre vie professionnelle idéale, comme si tout était possible. Oui, c’est bientôt Noël alors c’est le bon moment pour rêver et vous projeter dans votre vie rêvée.
Que voyez-vous, entendez-vous, ressentez-vous, sentez-vous, goutez-vous?

C’est agréable, n’est-ce pas?

3. Définissez votre top priorité

Sur base de l’exercice précédent, quelle est la chose qui apparaît comme votre priorité absolue pour être épanoui.e dans votre job?

Il est temps de passer à la planification proprement dite et de définir votre objectif n°1 pour 2020.

Pensez bien à appliquer les 9 principes suivants pour que votre objectif soit puissant: 

  1.  Définissez votre objectif en “Je”
  2.  Formulez-le  positivement
  3.  Veillez à ce qu’il soit uniquement sous votre contrôle 
  4.  Suivez la méthode SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Défini dans le temps (vient de l’anglais “Timetable”)
  5.  Vérifier qu’il soit écologique pour vous et les autres (par exemple est ce que l’objectif respecte vos valeurs, aura-t-il un impact négatif sur votre famille, vos amis?)
  6.  Evaluer si il y aura un prix à payer et si cela en vaut la peine (investissement en temps ou financier par exemple)
  7.  Déterminer quel est l’objectif de l’objectif (en quoi est-ce important pour vous d’atteindre cet objectif?)
  8.  L’objectif est-il cohérent (va-t-il bien dans la direction globale vers laquelle vous souhaitez aller)?
  9.  Quel impact aura l’objectif au niveau sensoriel une fois que vous l’aurez atteint?

J’ai détaillé tous ces principes dans un précédent article . Vous pouvez retrouver toutes les infos ici

4. Définissez vos objectifs intermédiaires

Maintenant que vous avez votre objectif principal, réfléchissez aux étapes à mettre en place pour y arriver. Toutes ces étapes seront autant de sous-objectifs à définir, qui complèteront votre planification de 2020.

Vous aurez ainsi des objectifs annuels, mensuels et hebdomadaires.

Pour vous aider à faire votre bilan d’épanouissement professionnel, j’ai créé un work book gratuit que vous pouvez télécharger ici.

Je vous souhaite une belle introspection et de découvrir ce que vous désirez accomplir professionnellement en 2020!

Les 10 facteurs pour savoir s’il est temps de changer de travail en 2020!

Les 10 facteurs à considérer pour savoir si il est temps de changer de travail en 2020!

La fin de l’année approche à grands pas. Nous allons bientôt entrer dans une nouvelle année.

Mais pas uniquement, nous allons aussi commencer une nouvelle décennie.

Alors, c’est le bon moment de penser à vos objectifs pour les 10 ans à venir. Où voulez vous être dans 10 ans? Quelles sont vos aspirations professionnelles? Est-il temps pour vous de changer de travail?

A ces questions, voici 3 cas de figure possibles:

  • Vous adorez votre job et vous vous imaginez toujours y être dans les prochaines années avec bonheur.
  • Vous vous sentez mal rien qu’à l’idée de vous voir encore et toujours au même poste ou alors dans un poste différent mais dans la même entreprise.
  • Autre cas de  figure, vous ne savez pas quoi répondre à cette question.

Les 10 facteurs clés

Pour vous aider dans votre réflexion, voici 10 pistes à suivre.

1. Sens au travail

Avez-vous le sentiment que ce que vous faites est utile à quelqu’un? Quelle est la signification que vous accordez à votre travail? Est-il en accord avec vos valeurs? Est-ce que votre travail est cohérent avec votre personnalité?

2. Temps

Le temps, cette ressource si précieuse, avez-vous l’impression de le perdre? Cela peut-être dans les trajets quotidiens. Vous en avez assez de refaire sans cesse le même trajet, d’affronter les embouteillages, les retards de train? Cela peut-être aussi le temps perdu à des réunions que vous estimez superflues? Vous aimeriez pouvoir télétravailler mais cela n’est pas bien accepté dans votre entreprise?

3. Passion

Est-ce que vous aimez faire ce que vous faites ou alors avez-vous de plus en plus tendance à vous ennuyer?

4. Combinaison vie pro/vie perso

Est-ce que vous arrivez à combiner les 2 sans accumuler les frustrations ou pas? Avez-vous l’impression de ne pas voir grandir vos enfants ou de passer à côté de choses importantes dans votre vie perso?

5. Ressources

Avez-vous l’occasion de faire des activités qui vous permettent de vous ressourcer ou êtes-vous toujours en train de courir sans jamais prendre le temps de vous poser?

6. Talents et compétences

Avez-vous le sentiment de pouvoir utiliser et développer vos talents et compétences dans le cadre de votre job ou pas? Peut-être avez-vous fait des études de haut niveau et avez l’impression que cela n’a pas été utile vu l’utilisation limitée de ce que vous en faites quotidiennement: “Tout ça pour ça?”

7. Niveau d’énergie

Vous levez-vous le matin avec entrain à la perspective de la journée de travail qui s’annonce ou êtes-vous déjà épuisés dès la sortie du lit?

8. Etat de santé psychique

Etes-vous bien dans vos baskets ou vous sentez-vous mélancoliques, stressés, piégés dans un système qui ne vous correspond plus?

9. Relations de travail

Vos relations de travail sont-elles épanouissantes ou au contraire? Collègues, clients, fournisseurs vous agacent-ils à des degrés variables et ne rêvez-vous que  d’une chose: avoir la paix et vous isoler?

10. Etat de santé physique

Avez-vous le sentiment d’être en forme ou alors souffrez-vous de divers maux récurrents: maux de têtes, de ventre, raideurs dans la nuque, le dos?

Que faire ensuite: changer de travail ou pas?

Je vous invite à prendre le temps de considérer chaque facteur et de répondre à toutes les questions. Cette phase d’introspection vous permettra de clarifier où vous en êtes professionnellement.

Idéalement, consignez toutes vos réponses par écrit afin de leur donner du poids. En effet, il est bien connu que les pensées et paroles s’envolent alors que les écrits restent!

Pour terminer, faites votre bilan d’épanouissement professionnel en considérant toutes vos réponses. Vous pouvez également vous aider en faisant les exercices que je vous propose dans le workbook disponible en cliquant ici.

Je terminerai cet article en vous posant la question suivante:

“Alors, pour vous, est-il temps de changer de travail ou pas?”

Si vous avez aimé cet article je vous recommande ceux-ci également :

-Comment débuter en développement personnel?
-Comment éviter l’épuisement professionnel?

Je vous invité également à rejoindre le groupe privé “Booste ta carrière!!”

A très vite!

Comment éviter l’épuisement professionnel ?

Quand nous entendons “épuisement professionnel”, nous pensons en général “surcharge de travail” et donc “risque de faire un BURN-OUT.

A côté de cette surcharge de travail, il y a également d’autres raisons qui peuvent pousser à se sentir épuisé par son travail.

Les 3 formes d’épuisement professionnel

Parmi les autres raisons susceptibles d’entrainer l’épuisement professionnel, il y a le manque de sens. Et la question qui va avec : -“A quoi je sers concrètement ?”

Il y a également le manque de tâches intéressantes ou tout simplement insuffisantes (oui, ça arrive, même dans le secteur privé).

Dans le cas d’un manque de sens, le risque est de s’épuiser au point de faire ce que l’on appelle un BROWN-OUT.

Dans le cas d’un manque de tâches intéressantes ou tout simplement insuffisantes, le risque est de s’épuiser (si, si, vous avez bien lu) au point de faire ce que l’on appelle un BORE-OUT.

Faire la différence entre ces 3 syndromes d’épuisement professionnel n’est parfois pas facile. En effet, vous pouvez très bien vous sentir stressés et proches du burn-out, alors qu’en fait, ce n’est pas la quantité de choses à faire qui pose problème mais bien la qualité, le sens que vous leur attribuez.

Pour résumer, l’épuisement professionnel peut se traduire de 3 façons :

  1.  Le BURN-OUT : Epuisement professionnel dû à une surcharge de travail de    longue durée
  2.  Le BROWN-OUT : Epuisement professionnel dû à l’ennui par manque de sens
  3.  Le BORE-OUT : Epuisement professionnel dû à un manque de tâches.

Les 5 étapes pour éviter les Burn-out, Brown-out et Bore-out

Si vous sentez que quelque chose ne va pas dans votre vie pro, la première étape est d’identifier clairement ce qui pose problème: surcharge de travail, trop peu de tâches intéressantes, trop peu de tâches tout simplement ou encore des missions qui ne vous parlent plus.

Pour vous aider à faire votre bilan d’épanouissement professionnel, voici un workbook inspirant que j’ai créé rien que pour vous.

En effet, les actions à mettre en place seront différentes d’un cas à l’autre. Dans tous les cas, vous devez agir avant qu’il ne soit trop tard.

Pourquoi? Car les conséquences d’un syndrome d’épuisement professionnel, quel qu’il soit, sont lourdes.

Voici une liste de conséquences,  non exhaustive:

  • Problèmes de santé
  • Perte de confiance en soi
  • Rejet de soi
  • Difficultés financières 
  • Sentiment de devoir se justifier pour faire face au regard des autres
  • Gestion d’un sentiment d’échec
  • Fatigue extrême
  • Mélancolie

La deuxième étape est d’accepter que quelque chose ne va pas. Cela paraît simple mais ne l’est pas forcément. Pour certains, cette étape ne prendra que quelques secondes, pour d’autres elle prendra plusieurs jours.

Ensuite, La troisième étape est de décider que c’est terminé, que vous ne voulez plus de cette situation.  

Vient alors, la quatrième étape consistant à imaginer votre vie professionnelle idéale, c’est-à-dire, si tout était possible. 

La dernière étape est d’agir, mettre des actions en place pour réduire le fossé entre votre vie pro actuelle et votre vie pro idéale. 

Mon conseil: commencez par de “petites actions”, faciles à implémenter et qui vous donneront rapidement des résultats positifs. En agissant de la sorte, vous initierez une spirale positive qui vous donnera de l’énergie pour continuer. 

Je vous remercie d’avoir lu cet article. Si vous l’avez aimé, je vous recommande ceux-ci également :

Prenez bien soin de vous 🙂 

Comment débuter en développement personnel?

Comment débuter en développement personnel?

Vous avez déjà entendu ces deux mots – DEVELOPPEMENT PERSONNEL – plusieurs fois et cela titille votre curiosité. A moins que vous ne vous disiez, comme je l’ai déjà entendu: “Moi, je n’ai pas besoin de me développer, je suis très bien comme cela”, vous avez envie d’en savoir plus. 

Seulement voilà, quand vous tapez ces 2 mots dans Google ou autre moteur de recherche, ce sont des centaines d’articles, de sites web, de formations qui se bousculent dans les résultats. La conséquence est que vous vous sentez un peu perdu et ne savez pas par quoi commencer…

Attention aux charlatans…

Certains amis bien intentionnés vous ont peut-être également conseillé de vous méfier de certains charlatans qui profitent de la détresse des gens pour leur promettre monts et merveilles avec le développement personnel. Et s’en mettre plein les poches au passage… Ils ont bien raison vos amis! Comme dans tous les domaines, il existe des personnes peu scrupuleuses qui profitent des autres. Je voudrais cependant vous rassurer. Avec un peu d’habitude, on apprend vite à reconnaître ce genre de profiteur et donc à les éviter. 

Comment j’ai débuté.

Il y a quelques années, j’étais comme vous. Je ne connaissais pas le développement personnel. Et puis un jour, je suis tombée dans sa marmite, par le plus pur des hasards. Un peu comme Obélix dans la marmite de potion magique à part qu’ici, je n’ai rien bu 🙂

C’est dans une librairie que mon incroyable découverte a eu lieu.

Au détour d’un rayon, absorbée par tous les titres les plus accrocheurs les uns que les autres, mes yeux se sont posés sur une couverture bleu clair ornée d’un rond orange qui me fixait tel un œil hypnotiseur. Nous nous sommes regardés ainsi quelques secondes et l’œil orange s’est transformé en aimant qui a attiré ma main qui s’est alors mise en mouvement pour le saisir.

Arrêt sur image, le livre et moi… Je peux à présent faire connaissance avec lui. Il se nomme « Miracle Morning – offrez-vous un supplément de vie !»

Enchantée, moi c’est Julie, vous m’avez l’air intéressant, lui dis-je. Vous pouvez m’en dire plus ? Et là, je retourne le livre pour découvrir sa couverture arrière : « 5h30 – 7h30 : vous avez rendez-vous avec le succès. »

De mieux en mieux… Mais qui est donc l’auteur ? « Hal Elrod ». Je ne connais pas ce monsieur mais d’après sa courte biographie, il donne envie de lire son livre. C’est un auteur américain de 36 ans, conférencier en développement personnel et marathonien. Alors qu’il était jeune adulte il a eu un accident de la route très grave qui ne lui pas ôté la vie mais a laissé son corps et son âme en morceaux. Il a trouvé la force de se reconstruire grâce à un rituel qu’il a pratiqué chaque matin et qu’il a baptisé Miracle Morning.

Alors, j’ai ouvert le livre et lu la première page… Voilà c’était trop tard, j’étais tombée dans la marmite du développement personnel. 

Premier livre d’une longue série.

A partir de ce moment là, je n’ai plus arrêté de lire sur le sujet.

Miracle morning

Et donc comme je vous l’ai dit, je n’ai rien bu mais bien LU.

En résumé, ce livre préconise de suivre une routine matinale quotidienne. Pourquoi? Car cela permet d’augmenter l’énergie, la motivation, la productivité et permet de réduire le stress.

Un autre principe que j’ai retenu est que nous finissons par ressembler à la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Oups, choisissons donc bien nos fréquentations ! Evitons le plus possible celles qui sont négatives, qui voient tout en noir, et préférons passer du temps avec celles qui voient la vie positivement, tout en couleur.

Pour terminer, il faut 30 jours pour que quelque chose devienne une habitude. Les 10 premiers jours sont difficiles. Les 10 suivants un peu plus faciles mais encore ennuyants et les 10 derniers font place à un sentiment de fierté voire même de plaisir : ça y est, la nouvelle habitude est ancrée!

Et donc, pour débuter… quoi lire et quand lire?

Voici donc ce que je vous conseille pour débuter: en lisant des livres sur le sujet, tout simplement!

Pas besoin de dépenser des fortunes, juste acheter ou louer quelques livres. Personnellement je préfère avoir un exemplaire papier pour pouvoir souligner les passages importants et pouvoir les annoter.

Certains penseront très forts : “Mais je n’ai pas le temps de lire, moi!” Alors je vous réponds qu’il faut prendre le temps. Comment? En vous aménageant une plage quotidienne réservée à cela. Par exemple 15 minutes au réveil (comme préconisé dans le Miracle Morning :)) ou à tout autre moment de la journée qui vous convient. Pourquoi pas dans les transports en commun ou lors de votre pause de midi. A vous de voir!

Vous allez me dire que 15 minutes ce n’est pas grand chose. Effectivement, cela représente entre 10 et 20 pages par jour en fonction de votre vitesse de lecture et de la difficulté du texte. Mais sur une semaine, cela fait entre 70 et 140 pages et sur un mois entre 300 et 600 pages! C’est pas mal, vous ne trouvez pas?

 Dans un prochain article je vous présenterai en détails d’autres livres impactant. En attendant voici déjà 3 bouquins que vous pouvez lire pour continuer ou pour commencer si le “Miracle Morning” ne vous tente pas:

Livres développement personnel

Bientôt mon livre…

Je suis super contente car j’ai écrit les dernières lignes de mon premier livre!!

Celui-ci parle de sens au travail et de développement personnel. J’y raconte pas à pas comment j’ai découvert ce monde et voyagé d’étape en étape pour l’explorer.

Quand je dis bientôt, ce sera vraisemblablement au printemps 2020 car il reste pas mal de chose à accomplir après l’écriture: la relecture par quelques personnes, la mise en page, l’édition… le chemin est encore long avant sa sortie! 

Vous avez aimé cet article? Alors dites-moi: “Quel va-t-être le prochain bouquin que vous allez lire?”

N’hésitez pas à le partager, cela pourra plaire à d’autres personnes et  les aider en leur faisant découvrir le monde du développement personnel 🙂 🙂 🙂 

Voici un autre article qui pourrait vous intéresser: Et pourquoi pas aimer les lundis?

Et pourquoi pas aimer les lundis?

Et pourquoi pas aimer les lundis?

C’est irrémédiable, chaque lundi, une nouvelle semaine commence!

J’aime  représenter le lundi comme le point de départ d’une nouvelle boucle temporelle qui commence. Boucle d’une semaine qui comprend elle-même 7 boucles d’une journée. 

Il n’y a que 52 lundis dans une année et 4680 dans une vie (si on considère vivre 90 ans!).

Alors pour ceux qui redoutent les lundis, je vous pose cette question: est-ce que cela en vaut la peine?

Je vous propose de voir cette journée sous un aspect différent, positif et motivant.

4 raisons d’aimer les lundis

Nouveau départ

C’est le jour idéal pour planifier vos objectifs de la semaine. A vos agendas! 

Objectifs professionnels:

Commencez par toujours vous demander ce qui est le plus important parmi toutes vos tâches. Une fois ces tâches “clés” réalisées vous serez tout de suite plus “léger(e)s” pour continuer les autres missions, moins importantes.

Objectifs organisationnels:

Intendance, activités des enfants, coiffeur… Prenez 15 minutes pour planifier tout cela et avoir une vision globale de votre semaine, vous serez alors plus en confiance dans le fait d’arriver à tout caser sans stress.

Objectifs personnels:

Ceux-là ont bien souvent tendance à être mis de côté. Nous savons toutes et tous comment ça va, le boulot et les autres d’abord, ensuite, si il reste un peu de temps, on s’occupera de nous… Et bien, pour tenir sur le long terme, je vous conseille de les remettre au premier plan. Tout du moins sur un pied d’égalité aves les objectifs professionnels et organisationnels.

Faire le bilan de votre situation professionnelle

Après avoir pris du recul pendant le week-end, soit en ayant fait du sport, la fête ou simplement la sieste, vous êtes prêt(e)s pour vous poser la question suivante: “suis-je réellement épanoui(e) dans mon job?

Pour vous aider dans votre réflexion, j’ai créé un outil spécifique que je vous invite à télécharger en cliquant ci-après:  “Faites votre bilan professionnel: Etes-vous réellement épanoui(e)s dans votre travail?”

Retrouver ses cher(e)s collègues

Après un week-end de pause, retrouver ses collègues préféré(e)s est un moment sympa pour partager vos moments forts avec eux. Ici, pas questions d’aborder les problèmes de boulot, juste passer un bon moment avec des personnes que vous appréciez.

Les lundis des possibles

Comme je l’ai dit dans l’introduction, chaque lundi est l’occasion de recommencer une nouvelle boucle temporelle. Vous pouvez aussi voir cela comme l’occasion de redémarrer un cycle où tout est possible… ou presque. Allez-vous continuer sans rien changer, ou aller vous agir pour améliorer certains aspects de votre travail? Tout est possible rappelez-vous!

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire ceux-ci également: