Comment optimiser votre niveau d’énergie ?

Comment optimiser votre niveau d'énergie

Dans un article précédent, il a été question de l’énergie comme étant la base de votre accomplissement, illustré par la Pyramide de Maslow.

Aujourd’hui nous allons voir comment optimiser votre niveau d’énergie et aussi comment vous mettre en énergie !

Nos rythmes de vie effrénés nous laissent parfois vidés de toute substance en fin de journée. Nous n’aspirons alors qu’à une chose : aller dormir.

Notre résilience fait que nous pouvons supporter ce mode de fonctionnement des semaines, voire des mois, en nous disant « ça ira mieux demain ». Ce qui est rarement le cas si nous n’agissons pas concrètement pour casser ce rythme.

Jusqu’au jour où nous notre corps n’en peut plus : nous allons droit dans le mur du Burn-out.

Comment faire pour ne pas en arriver là ? Vous pensez peut-être que c’est impossible ?

Si c’est le cas, je vous invite à appliquer les 4 conseils simples ci-dessous pendant une semaine, afin de remonter votre niveau d’énergie.

Le but n’est évidemment pas de récupérer de l’énergie pour être en mesure d’en faire encore plus ! Il s’agit ici de se réénergiser pour avoir la force se sortir du cercle vicieux qui mène à l’épuisement.

Optimisez votre niveau d’énergie : Oxygénez-vous !

L’Oxygène est notre besoin premier. Sans lui, pas de vie, nous le savons tous. Par contre, nous avons tendance à oublier son importance car nous le respirons de manière automatique et inconsciente.

La pratique régulière d’une respiration profonde et lente permet de bien oxygéner notre corps.

Consacrez trois périodes de votre journée, idéalement le matin, le midi et le soir, pour effectuer une série de dix respirations profondes.

Pour pratiquer une respiration profonde, le principe est de retenir sa respiration quatre fois plus longtemps que le temps de l’inspiration et d’expirer deux fois plus longtemps que l’inspiration.

Par exemple, inspirez pendant cinq secondes, retenez votre respiration pendant vingt secondes et expirez pendant dix secondes.

Si vous avez difficile à retenir votre souffle pendant vingt secondes, alors adaptez le temps de l’inspiration à quatre secondes par exemple. Cela fera alors quatre secondes d’inspiration, 16 secondes de retenue de respiration et 8 secondes d’expiration.

C’est à vous de tester ce qui vous convient le mieux !

Optimisez votre niveau d’énergie : Bougez !

L’activité physique est également essentielle, elle permet à notre corps de fonctionner correctement.

Vous n’aimez pas faire du sport ou vous n’avez pas le temps ? Je ne vous parle pas de vous tuer à la tâche ni de vous forcer à pratiquer un sport que vous n’aimez pas mais bien de vous bouger un maximum.

Comment ? Par exemple en marchant une demi-heure par jour. Vous pensez que c’est difficile à insérer dans votre emploi du temps déjà chargé ?

Essayez alors de fractionner cette demi-heure en plusieurs plages horaires de quelques minutes.

Pourquoi pas en n’essayant pas de vous garer le plus près possible du coiffeur ou de votre lieu de destination ? Privilégiez le petit parking facile d’accès mais à cinq minutes à pieds de votre destination. Cela vous permettra de vous dégourdir les jambes, d’activer votre système circulatoire, de respirer de l’air frais et cerise sur le gâteau, cela vous évitera le stress de trouver une place.

Vous avez besoin du dossier « trucmuche » au bureau ? Au lieu de demander à votre collègue, levez-vous et allez le chercher vous-même !

Bref, les occasions de bouger au cours d’une journée sont plus nombreuses qu’on le pense.

Soyez physiquement le plus actif possible, vous verrez, vous prendrez vite de nouvelles habitudes avec plaisir !

Optimisez votre niveau d’énergie : Adaptez votre alimentation

Commencez par supprimer les produits transformés, les friandises grasses et sucrées, les sodas, l’alcool. Remplacez-les par des produits les plus bruts, les moins traités possible.

Par exemple, au lieu d’acheter un potage tout fait, préparez-le vous-même. Cela ne demande pas beaucoup de temps, avec un peu d’organisation. En le cuisinant, vous évitez les additifs industriels (conservateurs, colorants…) et vous êtes certains de la composition (pas de sucres cachés par exemple). Vous pouvez en préparer une grande quantité et congeler ensuite des portions pour la semaine.

Au lieu de boire des sodas sucrés ou édulcorés, revenez à la base : de l’eau plate ou pétillante avec éventuellement des fruits (fraises, citrons), légumes (concombre, céleri) et/ou herbes aromatiques (menthe, basilic) pour varier les goûts et couleurs.

Optimisez votre niveau d’énergie : Ressourcez-vous au calme

Si vous êtes adeptes de la méditation, prévoyez un moment sur la journée pour la pratiquer. Si vous n’avez jamais essayé, il est possible de s’initier facilement sur le web ou en lisant des livres sur le sujet. Je vous conseille celui-ci :

L’auteur, Fabrice Midal, est l’un des principaux enseignants de la méditation en France. J’aime beaucoup son approche du « Foutez-vous la paix ».

Dans le cas où la méditation ne vous tente pas, prenez simplement quelques minutes pour vous isoler et par exemple boire un grand verre d’eau, lire quelques pages d’un livre, écrire quelques mots… peu importe, du moment que cela vous relaxe et vous ressource.

J’espère que ces 4 conseils vous seront utiles pour vous permettre d’optimiser votre niveau d’énergie et de ne pas terminer la journée en étant épuisés.

Je vous encourage vraiment à les appliquer quotidiennement pendant une semaine et à partager vos résultats dans les commentaires.

Si vous avez d’autres conseils à partager, n’hésitez pas ! Cela sera très utile  🙂

Note : Le lien Amazon est un lien affilié, ce qui signifie que je touche une petite commission si vous passez par  ce lien pour acheter le livre. Merci si vous le faites :)!

4 conseils pour garder le cap vers votre vie pro au top en période de crise

4 conseils pour une vie pro au top pendant la crise

La crise que nous vivons actuellement est sans précédent et nous ne savons pas quand elle va se terminer ni ce que le monde sera à ce moment-là. Elle crée de l’incertitude et donc du stress.

Au niveau professionnel, elle bouscule beaucoup de monde, à différents degrés en fonction des professions. Le télétravail a été rendu obligatoire si la fonction le permet.

Si vous étiez proches de l’épuisement professionnel, quelle que soit sa forme, avant le début de la crise, le confinement va vous permettre de prendre du recul et d’envisager la situation sous un angle différent, ce qui est positif pour vous.

Pour information, l’épuisement professionnel peut se traduire de 3 façons :

  1.  Le BURN-OUT : Épuisement professionnel dû à une surcharge de travail de    longue durée
  2.  Le BROWN-OUT : Épuisement professionnel dû à l’ennui par manque de sens
  3.  Le BORE-OUT : Épuisement professionnel dû à un manque de tâches.

Cliquez-ici pour en savoir plus : comment éviter l’épuisement professionnel ?

Il est certain que réfléchir à votre avenir professionnel peut être relégué au second plan en raison de l’émergence d’autres priorités du fait du confinement et de la peur.

Cependant, je pense que c’est justement le bon moment pour y réfléchir. Qu’allez-vous faire pour l’améliorer quand la crise sera terminée ? Car elle se terminera un jour. Que pouvez-vous faire aujourd’hui pour garder le cap vers votre vie professionnelle épanouie ?

Garder le cap : s’informer de manière raisonnée

Se tenir informé de l’évolution de la crise est important, cependant, trop d’informations répétitives minent le moral et génèrent une énergie négative. 

Je l’ai expérimenté il y a quelques jours. Je regardais le journal télévisé et lisait les informations qui passaient en continu dans le bas de l’écran. A chaque nouvelle information lue, j’avais l’impression de m’enfoncer un peu plus sur ma chaise. Après avoir pris conscience que cela me minait, j’ai éteint et ai passé l’heure suivante à essayer de me remonter le moral.

Ce que nous avons tous besoin est une énergie positive pour nous aider à nous adapter et aller de l’avant.  C’est pourquoi, je pense que s’informer de manière raisonnée est adapté, pour garder le cap et ne pas sombrer.

Garder le cap : installer une routine de télétravail

Aménagez-vous des horaires et si possible un endroit réservé pour télétravailler.

Si vous avez des enfants, prévoyez des plages horaires entièrement consacrées à eux. Expliquez-leur que vous êtes totalement présentes pour eux à ces moments là mais que pendant les plages réservées au télétravail, vous n’êtes pas disponibles.

Revoyez vos priorités : distinguez l’urgent de l’important. Classez vos tâches par ordre de priorité, selon la matrice d’Eisenhower (outil de gestion du temps).

En substance, le concept est le suivant : il est possible de répartir les tâches en quatre catégories :

  1. Important et urgent : les tâches à faire soi-même, immédiatement.
  2. Important et non urgent : les tâches à planifier et à faire soi-même.
  3. Non important et urgent : les tâches qui peuvent attendre ou être déléguées
  4. Non important et non urgent : les tâches qui peuvent attendre ou être supprimées.
Matrice d'Eisenhower

Garder le cap : prévoir des moments dédiés à votre avenir professionnel

Aménagez-vous des rendez-vous avec vous-même afin de vous poser de bonnes questions. C’est -à-dire des questions puissantes, qui vont vous aider à progresser.

Par exemple : « Que puis-je faire aujourd’hui, qui va me permettre d’améliorer ma situation professionnelle de demain ? »

Pour commencer et vous guider dans votre réflexion, voici un workbook à télécharger gratuitement : 7 étapes pour vivre votre vie professionnelle épanouie.

Planifiez par exemple une étape par jour pendant une semaine. A la fin de ce délai, après avoir réalisé chaque étape, vous aurez une vision claire de ce que vous voulez professionnellement.

Garder le cap : s’alimenter de manière adaptée

En confinement, le corps va dépenser moins d’énergie qu’en temps normal. Il est donc intelligent de manger plus sainement et de ne pas se ruer sur les friandises ou autres mets gras et/ou sucrés.

Buvez également beaucoup d’eau – au moins 8 verres par jour – et pensez à faire de l’exercice quotidiennement.

J’espère que ces 4 conseils vous seront utiles pour garder le cap en cette période ce crise. 

Vous les connaissiez déjà ? Lequel vous parle le plus ? En avez-vous d’autres à partager ?

Pyramide de Maslow : lien entre énergie et accomplissement

Pyramide de Maslow : lien entre énergie et accomplissement de soi

Energie et accomplissement de soi : la pyramide de Maslow permet de faire le lien.

Dans un article précédent,  il a été question de l’évaluation de vos moyens physiques avant toute prise de décision au niveau professionnel.

Cela implique l’évaluation de votre énergie. En avez-vous suffisamment pour vous lancer dans le processus du changement ? Ou alors vous sentez-vous fatigués et avez besoin de repos ?

Aujourd’hui, nous allons aller plus en avant sur le sujet de l’énergie.

L’énergie, qui ne rêverait pas d’en avoir du matin jusqu’au soir ? L’énergie est ce qui rend tout possible.

C’est en prenant soin de notre corps que nous développons notre énergie, santé et vitalité.

Nous devenons ainsi plus résistants aux maladies et aux atteintes du stress. Nous sommes également plus heureux, plus rayonnants, plus capables de maintenir de hauts niveaux de performance et d’aider autrui.

La pyramide de Maslow ou pyramide des besoins

En tant qu’être humain, nous avons tous des besoins fondamentaux. Ceux-ci sont : les besoins physiologiques, les besoins de sécurité, les besoins d’appartenance, les besoins d’estime et les besoins d’accomplissement de soi.

Au-delà peuvent encore venir s’ajouter des besoins de dépassement de soi ou de transcendance. Cependant je m’en tiendrai au modèle classique de la pyramide qui se limite aux cinq premiers types de besoin.

Illustration de la pyramide de Maslow – www.julieddb-coaching.be

Ce modèle est le fruit des recherches du psychologue Abraham Maslow. Il affirme que nos besoins sont hiérarchisés selon leur importance relative et que nos motivations naissent de besoins que nous voulons satisfaire.

Seule la satisfaction de nos besoins permet de nous épanouir et de nous accomplir, d’atteindre le sommet de la pyramide.

Si vous vous sentez déprimés pour l’instant, il serait intéressant de chercher si vos besoins ont été comblés jusqu’ici.

1. Les besoins physiologiques

A la base de la pyramide, se trouvent les besoins PHYSIOLOGIQUES. Ce sont nos besoins fondamentaux : s’oxygéner, boire,  se nourrir,  dormir,  procréer et bien éliminer toutes les toxines et résidus métaboliques.

2. Les besoins de sécurité

Ensuite viennent les besoins de SECURITE qui sont un peu plus complexes : sécurité du corps, de l’emploi, de la santé, de la propriété ou encore la sécurité financière. On peut les résumer à vivre dans un environnement stable, prévisible, sans anxiété ni stress. Ils correspondent à vivre dans notre zone de confort, celle dans laquelle nous nous sentons à l’aise, comme un poisson dans l’eau.

3. Les besoins sociaux

Encore un peu plus complexes, viennent alors les besoins SOCIAUX incluant les besoins d’amour, d’amitié, d’appartenance à un groupe, le besoin d’intimité.

4. Les besoins d’estime

Surgissent ensuite les besoins d’ESTIME : estime, respect et confiance en soi ainsi que par les autres.

5. Les besoins d’accomplissement

Au sommet de la pyramide arrive enfin le besoin d’ACCOMPLISSEMENT de soi. Nous y reviendrons ultérieurement.

Tous ces besoins sont perpétuellement présents mais certains se font ressentir plus que d’autres à un moment donné.

Par exemple, une personne qui a terriblement faim peut mettre sa sécurité en péril (vol, situations périlleuses) pour pouvoir manger.

La satisfaction des besoins liés à un étage de la pyramide permet, qu’elle soit totale ou accomplie en grande partie, d’accéder à l’étage suivant et ainsi de suite.

En d’autres termes, tant qu’un étage de la pyramide, correspondant à un type de besoin n’est pas résolu dans une certaine mesure, il n’est pas possible d’accéder au suivant. Tout repose donc sur le fait que nos besoins physiologiques soient satisfaits et par conséquent que notre corps soit en bonne santé.

En fonction des événements de la vie, nous passons notre temps à monter et à descendre à travers les étages de cette pyramide.

Par exemple, nous avons envie de nous consacrer au développement d’un projet qui nous tient à cœur mais celui-ci va demander du temps et de l’argent. Nous redescendons alors vers l’étage dédié à la sécurité : allons-nous réellement mettre en péril notre sécurité pour le développement de notre projet ?

De la même façon, si nous n’avons pas pu nous nourrir pendant plusieurs jours, n’allons-nous pas refaire passer la satisfaction de ce besoin en top priorité ? Si, bien sûr !

Pyramide de Maslow : Focus sur l’accomplissement de soi

Revenons à l’accomplissement de soi. Il n’est pas une fin en soi. Il est toujours en progression car il se fait étape par étape.

Chaque nouvelle réussite ouvre le champ des possibles vers de nouveaux accomplissements. Vous avez identifié votre passion, votre mission de vie – vos yeux brillent de joie et d’excitation tandis que vous vous investissez au jour le jour pour vous dépasser, contribuer et donner un sens à votre existence.

S’accomplir est possible quand on a trouvé la raison pour laquelle nous sommes venus sur terre, ce pour quoi nous sommes faits. A ce niveau, vous vous réalisez totalement, vous êtes heureux et créatif, vous débordez d’énergie.

Quand tous nos besoins sont comblés, ils nous permettent d’avoir suffisamment d’énergie pour accéder au dernier étage et s’accomplir. A ce moment, toute cette énergie peut être redistribuée au monde qui nous entoure et peut alors en bénéficier.

Mais, pour être en mesure d’accéder à chaque étage – et en particulier à l’ultime étape de l’accomplissement de soi, la base est d’avoir un corps en bonne santé, plein d’énergie et de vitalité.

Nous devenons ainsi plus résistants aux maladies et aux atteintes du stress. Nous sommes également plus heureux, plus rayonnants, plus capables de maintenir de hauts niveaux de performance et d’aider autrui.

Et voilà, bien que ce lien entre énergie et accomplissement de soi puisse paraître évident, j’avais envie de bien le détailler grâce à la pyramide de Maslow.

Cet outil va également vous permettre de visualiser où vous en êtes dans la satisfaction de vos besoins. Il peut vous aider à définir ce qui est important pour vous, aujourd’hui.

Prochainement, nous verrons comment optimiser votre niveau d’énergie !

 

3 moyens à évaluer avant tout changement professionnel

3 moyens à évaluer avant tout changement professionnel

Avant de décider d’initier un changement dans sa vie professionnelle, il est important de bien réfléchir en amont.

Pourquoi ? Tout simplement pour maximiser les chances de prendre une bonne décision, qui ne sera pas regrettée quelques mois plus tard.

En effet, tout le monde connaît une personne qui  a démissionné sur un coup de tête et l’a ensuite regretté amèrement. Ou bien un collègue qui a décidé d’accepter une promotion sans réfléchir à ce que cela allait impliquer. Celui-ci s’est alors retrouvé à faire un travail qu’il n’aimait finalement pas. Avec pour conséquence le regret de sa situation précédente.

C’est pour cela que s’accorder un temps de réflexion avant de prendre une décision est tellement important !  Bien sûr ce temps doit être défini au risque de voir débarquer un ennemi bien connu : la PROCRASTINATION, avec le risque de continuellement reporter le moment de la décision.

Pendant cette période de réflexion, il y a beaucoup de paramètres à considérer, par exemple vos ressources : talents, compétences, valeurs, passions. A côté de cela il y a aussi vos moyens à évaluer sur 3 plans :

  • Matériel
  • Physique
  • Psychologique

Premier des 3 moyens à évaluer : au niveau matériel

Il est essentiel de vous questionner au sujet de votre situation financière et de la connaître précisément afin de déterminer si vous pouvez supporter une période de transition et/ou financer vous-même une éventuelle formation dont vous auriez besoin.

Cet exercice demande de l’honnêteté et de la transparence envers vous-même afin d’avoir une vision concrète de votre réalité financière.

Moyen 2 à évaluer : au niveau psychologique

Il s’agit d’évaluer si vous avez suffisamment confiance en vous, en vos talents. Aussi, si vous sentez légitimes, c’est-à-dire si vous êtes convaincus que vous avez les compétences, les qualités, l’expérience, le savoir-faire nécessaires pour initier votre changement professionnel ?

Moyen 3 à évaluer : au niveau physique

Ici intervient l’évaluation de votre énergie : en avez-vous suffisamment pour vous lancer dans le processus du changement ? Ou alors vous sentez-vous fatigués et avez besoin de repos ?

Ici aussi il est nécessaire de vous poser la question en toute transparence et honnêteté avec vous-mêmes. En effet, il est parfois difficile de s’avouer que l’on n’est pas un super héros prêt à tout déchirer vingt-quatre heures sur vingt-quatre 😊

Peut-être également avez-vous d’autres changement en cours qui vous prennent pas mal d’énergie ?

Et voilà, pour récapituler, avant de prendre une décision concernant votre avenir professionnel :

  • Planifiez une période de réflexion définie dans le temps.
  • Questionnez-vous sur les moyens à votre disposition à 3 niveaux :
    • Énergétique
    • Psychologique
    • Financier

Peut-être existe-il d’autres moyens à explorer ; si j’en découvre d’autres je viendrai vous les communiquer, c’est promis 😊 !

Si vous souhaitez en savoir plus sur la légitimité, je vous invite à lire l’article sur ce sujet en cliquant sur le lien.

 

Comment se sentir légitime quand on développe son activité ?

Comment se sentir légitime quand on développe son activité professionnelle ?

Quand on décide de se lancer dans l’entrepreneuriat en créant sa propre activité professionnelle, il est parfois difficile de se sentir légitime. Cela veut dire quoi exactement ?

Se sentir légitime c’est être convaincu que l’on a les compétences, les qualités, l’expérience, le savoir-faire nécessaires pour exercer son activité entrepreneuriale.

A l’inverse, ne pas se sentir légitime, c’est avoir l’impression de ne pas être à la hauteur ou encore avoir peur d’être perçu comme incompétent.

En fait, il s’agit d’un problème assez fréquent. En effet, beaucoup de personnes ressentent un manque de légitimité à un moment donné dans le développement de leur projet. Seulement, peu de gens en parle ouvertement, car ils considèrent que c’est un sujet tabou, qu’ils préfèrent dès lors taire.

De ce fait, quand quelqu’un se sent illégitime, il pense qu’il est un cas isolé et que c’est mal. Cela renforce son sentiment de non légitimité (« C’est nul de penser cela). Et voilà une nouvelle spirale négative créée, qui va se renforcer d’elle-même.

Alors STOP ! Manquer de sentiment de légitimité est fréquent et normal ! Je trouve cela rassurant de savoir qu’il ne concerne pas uniquement des cas isolés, et vous ?

Se sentir légitime : pourquoi est-ce important ?

Pour votre crédibilité

Si vous doutez de votre légitimité, vos interlocuteurs vont le ressentir également. La conséquence est de paraître peu crédible à leurs yeux avec le risque qu’ils ne fassent pas appel à vos services.

Pour libérer votre potentiel

Le fait de douter de votre légitimité va entrainer que vous allez vous limiter inconsciemment : vous n’allez pas faire le maximum pour vendre vos services. Pour vous donner une image, vous allez appuyer sur la pédale de frein au lieu de l’accélérateur et donc vous allez vous auto saboter et étouffer vos rêves.

Se sentir légitime : les 8 clés pour y parvenir

Reconnaitre votre peur de ne pas être légitime.

La première étape est de reconnaître votre peur de ne pas être légitime, la nommer et la matérialiser en l’écrivant. Il s’agit de la phase de conscientisation, point de départ vers la libération.

Accepter votre peur de non légitimité

Une fois votre peur de non légitimité identifiée, vous devrez l’accepter. Cela peut aller vite pour certaines personnes ou peut s’avérer compliqué pour d’autres, et donc prendre un certain temps. Vous vous rappelez ? Il s’agit d’un sujet tabou … Soyez bienveillant envers vous-même, acceptez que vous ressentiez cela et tout deviendra plus facile, comme si une fée avait donné un coup de baguette magique au-dessus de votre tête.

Se positionner en tant qu’expert

Pour cela, identifiez ce qui vous distingue des autres déjà présents dans votre domaine. Qu’avez-vous de différent à apporter ? Quel est votre savoir-faire ? Que maitrisez-vous le plus ?
Sur quel sujet pouvez-vous parler des heures sans vous lasser ?

Prenez conscience de votre unicité : personne ne fait les choses comme vous ! Ce que vous dites, faites, pensez, vos points-de-vue, votre façon d’être, votre parcours de vie, tout cela vous appartient et fait votre différence.

Vouloir aider tout le monde, bien que ce soit louable, ne vous aidera pas à vous positionner en tant qu’expert. Au contraire, identifiez votre niche et votre proposition unique afin de pouvoir aider les autres de manière ciblée.

Communiquer à propos de vous

Racontez votre histoire… Pourquoi êtes-vous là aujourd’hui ? Pourquoi vous êtes-vous lancé dans ce business ? Quel est votre moteur ?

Il est parfois difficile de parler de soi car vous pensez peut-être que c’est mal de vous mettre en avant, que ce n’est pas votre truc, que ce sont les autres qui doivent être mis en lumière et pas vous.

Et si vous considériez les choses sous un autre angle pour une fois ?

Par exemple, en communiquant à propos de vous, vous pouvez vous dire que vous renforcez votre authenticité ! N’est-ce pas ce que les gens recherchent sur les réseaux sociaux ou internet ? Des personnes professionnelles et authentiques ? En effet, il est parfois difficile de s’y retrouver dans la jungle des business, entre les amateurs, las arnaqueurs, les entrepreneurs peu scrupuleux… Alors vous qui êtes sérieux et authentiques, et bien partagez le ! Cela aidera vraiment les gens à vous identifier comme étant LA personne qu’ils recherchent et qui les aidera au mieux.

Se former continuellement

Pourquoi est-ce important de se former en continu et de ne pas se reposer sur ses acquis ? Tout simplement pour rester « dans le coup », « rester à jour » dans son secteur: nouvelles théories, nouvelles méthodologies, nouvelles façons de penser. Rien n’est figé, tout est en perpétuel évolution, votre secteur d’activité n’échappe pas à ce principe.

Se former peut se faire facilement et à moindre frais, par exemple en lisant un livre traitant de votre domaine par mois. Pendant la lecture vous pouvez prendre des notes, faire des résumés qui vous aideront à assimiler le contenu du livre.

Demander des feedbacks à vos clients

En effet, ces retours sont précieux pour vérifier la satisfaction de vos clients et ainsi asseoir votre légitimité. Vous pourrez utiliser leurs commentaires comme autant de témoignages à publier sur vos réseaux sociaux, vos pages de vente, votre site web, etc.

Ces feedbacks en plus de vous conforter dans le fait que vous avez « fait du bon travail » vous permettront de montrer des preuves sociales aux autres personnes qui ne vous connaissent pas encore et qui ont besoin d’être rassurés sur votre expertise et professionnalisme.

Se donner l’autorisation d’être légitime

N’attendez pas de validation du monde extérieur, c’est vous qui devez vous autoriser à vous sentir légitime. Quand vous développez votre activité, vous n’avez plus de supérieur hiérarchique pour vous valider vos choix ou pour les autoriser. C’est vous le boss ! C’est vous qui avez ce rôle de validation et d’autorisation !
Faites vous confiance, une fois pour toute !

Créer du contenu

Créer du contenu de qualité, de manière régulière va vous permettre de vous faire connaitre et de communiquer sur votre expertise. Ainsi, au fur et à mesure de la création de contenu, vous allez accroître et renforcer votre légitimité.

Les moyens de créer du contenu sont nombreux, vous pouvez écrire des articles de blog, tourner des vidéos, enregistrer des podcasts, animer une page ou un groupe Facebook et même écrire un livre en lien avec votre expertise (donc pas un roman policier sauf si vous êtes ancien inspecteur de police qui se lance en tant que détective privé)

Vous pouvez par exemple vous lancer le défi d’écrire un article par semaine pendant 3, 6 voire 12 mois. C’est ce que j’ai décidé de faire en me lançant le challenge d’écrire 52 articles en 52 semaines pour une vie professionnelle épanouie.

Vous pouvez également créer vos formations afin de les enseigner aux autres et ainsi de leur donner les bases pour qu’ils puissent déjà progresser. Par exemple, j’ai créé le #defiboostetacarriere qui consiste en 7 étapes pendant 7 jours pour vivre une vie professionnelle épanouie. Chaque jour 1 étape sous forme de mini cours. D’ailleurs, si vous voulez vous inscrire pour la  prochaine masterclass entièrement gratuite, cliquez sur ce lien.

En plus de ces 8 clés, j’ai envie de partager avec vous, une magnifique métaphore qui met en avant le fait que nous sommes souvent bloqués par des expériences vécues dans le passé et qui nous empêchent d’agir alors qu’en fait ces barrières n’en sont pas vraiment. Nous pouvons pour la plupart nous en libérer pour libérer et développer notre potentiel.

Se sentir légitime : la métaphore de l’éléphant enchainé

Il s’agit d’une histoire tirée du livre de Jorge Bucay, psychiatre et psychothérapeute : 

En résumé, c’est l’histoire d’un éléphant faisant partie d’un cirque. Entre deux représentations, il reste attaché par une chaîne à un minuscule morceau de bois à peine enfoncé de quelques centimètres dans le sol.

« Alors, qu’est ce qui le retient ? Pourquoi ne s’échappe-t-il pas ? »

C’est la question que se pose un petit garçon . Il interrogea plusieurs personnes sans jamais avoir de réponse satisfaisante jusqu’au jour où quelqu’un lui dit que l’éléphant ne s’échappait pas parce que dès tout petit, il avait été attaché à un pieu semblable.

Ainsi, le jeune éléphanteau a certainement essayé de se libérer, sans succès malgré tous ses efforts. A cette époque, il n’était pas assez fort pour se libérer. Il a fini par accepter son impuissance et se résigna à son sort.

Aujourd’hui, le temps a passé, le petit éléphanteau est devenu un pachyderme immensément fort mais il pense toujours ne pas être capable de se libérer. Et le pire, c’est qu’il n’essaye même pas !

Tel cet éléphant, nous sommes attachés nous aussi à de nombreux pieux qui entravent notre liberté. Nous sommes convaincus de notre impuissance à faire de nombreuses choses alors qu’en fait la réalité est probablement bien différente.

“Je ne suis pas légitime” ou “je ne me sens pas capable”… et s’il ne s’agissait que d’un pieu décrit dans l’histoire ?? 

Se sentir légitime : conclusion

En conclusion, vous sentir légitime doit venir de vous ; personne ne vous en donnera l’autorisation.

Une fois que vous aurez semé la graine de la légitimité en vous, elle ne pourra que croitre à mesure du temps, grâce aux échanges avec le monde extérieur. Les autres vous permettront d’accroitre votre légitimité par les retours qu’ils vous donneront sur votre travail. Croyez en vous et le reste suivra…

En résumé, voici les 8 clés pour vous sentir légitime :


1. Reconnaissez votre peur de ne pas être légitime
2. Acceptez cette peur
3. Positionnez-vous en tant qu’expert
4. Communiquez à propos de vous
5. Formez-vous en continu
6. Demandez des feedbacks à vos clients
7. Donnez-vous l’autorisation d’être légitime
8. Créez du contenu de qualité, de manière régulière

Note : lien Amazon = lien affilié. Ce qui veut dire que si vous achetez le livre via ce lien, je touche une petite commission. Et pour vous le prix reste inchangé 🙂

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le partager ! Ou à poser vos questions et laisser vos commentaires dans la section dédiée ci-dessous.

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants et SMART

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants et SMART

Les 9 principes pour définir des objectifs puissants et SMART

Traduire ce que vous voulez en objectifs, ça parait simple n’est-ce pas? 

Et bien, en effet, ce n’est pas compliqué. Par contre définir des objectifs puissants, l’est un peu plus.

Je vous dévoile ici 9 principes à suivre pour définir des objectifs en béton et SMART.

1. Définir des objectifs puissants et SMART : utiliser le “je”

Le premier principe est de formuler les objectifs à  la première personne, c’est-à-dire en utilisant le « JE ».

En effet, il s’agit de vos objectifs, pas de ceux de votre voisin, non?

Utiliser le “Je” permet de renforcer votre implication.

Par exemple “Arrêter de fumer” vs “Je vais arrêter de fumer”.

Quelle formulation est la plus impliquante? Je vous laisse deviner 🙂

2. Définir des objectifs puissants et SMART : de manière positive

Le second principe est de les formuler POSITIVEMENT.

Pourquoi ? En fait il s’agit de s’adresser à votre cerveau d’une manière telle qu’il traite correctement la demande.

Pour le cerveau, un objectif négatif est abstrait. Et de ce fait n’est pas traité comme nous le souhaiterions.

Par exemple, si je vous mets comme objectif de ne pas penser à une poire, vous allez penser à quoi ? A une « foutue » poire.

De la même façon, si vous vous dites « je veux perdre du poids », alors le cerveau se concentre alors sur le mot « perdre » qui a une connotation négative. Et comme l’être humain n’aime en général pas de perdre, il y a beaucoup de probabilité qu’il fasse tout inconsciemment pour saboter tous vos efforts de perte de poids.

En formulant vos objectifs positivement, ils deviennent alors concrets pour le cerveau. Pour reprendre les deux exemples ci-dessus, le premier deviendrait alors : « je vais penser à une pomme » et le second deviendrait : « je vais m’alléger de 5 kilos ».

Formuler un objectif positivement
Formuler un objectif positivement

3. Les objectifs doivent être uniquement sous votre contrôle

Le troisième principe est de formuler vos objectifs  en pensant uniquement aux paramètres sur lesquels vous avez de l’influence. Ce qui veut dire les paramètres qui ne dépendent que de vous.

En d’autres termes, les objectifs doivent être entièrement sous votre contrôle.

Voici un exemple simple : « Je veux gagner à la loterie» .  Est-ce totalement sous mon contrôle? Non, pas besoin de vous expliquer pourquoi. C’est un vœu pieu, ni plus ni moins.

4. Les objectifs doivent être SMART : définition

S : Specific – Spécifique
M : Measurable – Mesurable
A : Achievable – Atteignable/Acceptable/Ambitieux/Approprié
R : Realistic – Réaliste
T : Timetable – Défini dans le temps

Spécifique : L’objectif doit être clair, précis et compréhensible.

Mesurable : L’objectif doit inclure une quantité, une cotation, une fréquence, un coût…. Bref un indicateur qui permette de mesurer la progression et ainsi de savoir exactement quand l’objectif sera atteint.

Atteignable/Acceptable/Ambitieux/Approprié : L’objectif doit être inspirant, challengeant, faire rêver. Il doit être assez ambitieux pour représenter un challenge motivant.

Réaliste : L’objectif doit être réaliste, et pour cela il est important de tenir compte des moyens (énergie, temps, argent) à disposition.

Défini dans le temps : Si l’objectif n’est pas défini dans le temps, il y a un risque élevé de procrastination. Et donc de manquer finalement la concrétisation de l’objectif !

Exemple : « Je veux consommer moins d’alcool » devient : Sur une semaine, je limiterai ma consommation à 14 verres de vin maximum, sans dépasser 2 verres par jour.

« Je veux arrêter de fumer » devient : En un mois, je vais passer de 15 cigarettes par jour à 0 par jour.

5. Définir des objectifs SMARTEC : ils doivent être écologiques pour moi et les autres

Posez-vous les questions suivantes pour vérifier que les objectifs sont bien écologiques pour vous et les autres.

-Est-ce que cela respecte mes valeurs ?
-Y-a-t-il un avantage à ne pas atteindre l’objectif ?
-Y-a-t-il un inconvénient à l’atteindre ?
-Est-ce qu’il aura un impact sur ma famille, mes amis, mes collègues ?

6. Vérifiez s’il y aura un prix à payer et si cela en vaut la peine.

Est-ce que cela va vous couter du temps, de l’énergie, de l’argent… Est-ce que cela vaut le coup ?

Prix à payer
Prix à payer

7. Quel est l’objectif de l’objectif?

En quoi est-ce important pour moi d’atteindre cet objectif ?

Par exemple si je ne fume plus, cela me permettra d’améliorer ma santé. Et donc de mettre toutes les chances de mon côté pour vivre plus longtemps.

En faisant cela, vous renforcez votre objectif, vous lui donnez une dimension plus vaste.

8. L’objectif est-il cohérent ?

Vérifiez bien que votre objectif va dans la direction globale vers laquelle vous allez. C’est-à-dire qu’il soit en accord avec votre mission de vie.

9. Quel impact les objectifs auront-ils au niveau sensoriel ?

Il s’agit ici de tester l’objectif en se projetant au niveau sensoriel quand celui-ci sera atteint :

  • V (Visuellement) : Qu’est-ce que je verrai ?
  • A (Auditif) : Qu’est-ce que j’entendrai ?
  • K (Kinesthésique) : Qu’est-ce que je ressentirai ?
  • O (Olfactif) : Qu’est-ce que je sentirai ?
  • G (Gustatif) : Qu’est-ce que je gouterai ?

Pour terminer, je dirais qu’il est important aussi que l’objectif ne soit pas comme un sparadrap que l’on mettrait sur une blessure alors qu’un plâtre est nécessaire.

Définir des objectifs puissants sans essayer de remplacer un problème
L’objectif ne soit pas comme un sparadrap que l’on mettrait sur une blessure alors qu’un plâtre est nécessaire.

En d’autres mots, l’objectif ne doit pas essayer de remplacer un problème.

C’est l’exemple d’un couple qui décide de se marier alors qu’il va mal.

Le couple pense que le mariage règlera son problème. Mais ce sera probablement encore pire ensuite. Le mariage va donner l’illusion que le couple pourra s’en sortir et être heureux. Alors que ce ne sera que temporaire si le vrai problème n’est pas traité

Pour conclure, cela peut vous paraître compliqué mais à force d’appliquer cette méthode pour définir vos objectifs, vous verrez quelle vous paraitra de plus en plus facile. C’est comme l’enfant qui apprend à aller à vélo, au début cela lui semble très difficile et plus il essaye, plus il s’améliore pour finalement pédaler comme un chef. Il en va de même pour définir des objectifs puissants.

J’espère que cette méthode vous aidera, n’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires ainsi que vos objectifs.

Pour continuer, je vous invite à lire les articles suivants:

Les 5 étapes pour s’adapter au changement

Les 5 étapes por s'adapter au changement

Quand un changement survient dans sa vie, soit on l’accepte et on va de l’avant ; soit on le refuse ou on le nie et on reste sur place.

Ceci est très bien illustré dans l’histoire “Qui a piqué mon fromage” qui a fait l’objet d’un de mes articles précédents, que vous pouvez lire en cliquant sur le lien

Pour s’adapter au changement, la première grande étape est donc l’acceptation, elle est capitale pour pouvoir agir vers un mieux.

S’adapter au changement : l’acceptation

Cette étape peut aller très vite pour certain en allant de soi alors que pour d’autres, elle peut prendre du temps et s’avérer être  compliquée. En effet, il se peut que face au changement, vous preniez conscience de votre situation. Vous pourriez perdre, par la même occasion un idéal, du sens, des rêves ou tout autre chose qui vous serait propre.

Il peut y avoir une période de résistance avant l’acceptation, laps de temps pendant lequel peuvent à leur tour se succéder différentes étapes : 

  • Le déni
  • La colère
  • Les reproches
  • La culpabilité
  • La peur
  • La tristesse

Celles-ci ont été décrites et modélisées dans la courbe de deuil par Elizabeth Kübler-Ross, psychiatre suisse de renommée internationale.

Enfin, vient alors l’acceptation : vous avez véritablement accepté la nouvelle situation et vous êtes capables de continuer.

Etape 2 : L’action

Vous êtes maintenant prêts à agir concrètement : que faire pour vous adapter ?

Vous allez donc définir votre objectif N°1 et mettre en place en plan d’actions. Soit il va vous apparaitre clairement, soit vous allez devoir vous creuser un peu, beaucoup les méninges !

Pensez à vous poser des questions puissantes. Celles-ci permettent d’élargir le champ des possibilités. Par exemple, “Que puis-je faire pour transformer ce problème en opportunité”, “Qu’est-ce que cette situation difficile a de fantastique”, “Comment puis-je faire pour arriver malgré tout à ce que je désire”, etc…

Peut-être ce plan d’actions va-t-il vous apparaitre telle une montagne… 

Dites-vous alors que le plus important est de commencer à agir ; même une toute petite action sera suffisante pour initier une spirale positive qui vous emmènera là où vous le souhaitez.

S’adapter au changement : gérer l’inattendu

Bien souvent, la vie n’est pas un long fleuve tranquille où tout s’enchaine de manière idéale. Il y a des hauts et des bas, c’est ainsi pour tout le monde. 

Sur les montagnes russes du changement, vous rencontrerez des imprévus, des contretemps, des contrariétés ou déceptions de toutes sortes. 

Ce n’est pas tant ces difficultés qui posent réellement problème mais bien la façon dont vous allez y réagir.

Par exemple, un client qui a rendez-vous avec vous ne vient pas le moment venu. Vous pouvez alors vous morfondre et imaginer les pires scénarios (par exemple, que le client n’est pas satisfait de vos services précédents) ou alors vous réagissez plus positivement. Vous vous dites qu’il y a peut-être une bonne raison et vous le contactez pour tirer cela au clair. Vous réfléchissez aussi à une solution pour que cela n’arrive plus (ou moins en tous cas) et décidez d’envoyer un sms de rappel de rendez-vous la veille de celui-ci.

Ainsi, en réagissant positivement, vous avez géré l’inattendu ; la probabilité que le scénario du “client absent” se reproduise diminue, grâce à ce que vous avez mis en place.

Il en va pareillement pour tous les scénarios inattendus que vous allez rencontrer.

Etape 4 : persévérer

La persévérance est la clé du succès. 

Vous devez garder votre objectif N°1 en tête et persévérer pour l’atteindre. En plus de gérer l’inattendu vous devrez aussi vous adapter en cours de route.

Comment ? En évaluant l’impact de vos actions sur l’avancement vers votre objectif. Est-ce que vous avez fait au cours des 4 dernières semaines vous a rapproché de votre but ?

Oui ? C’est parfait, continuez !

Non ? Alors modifiez vos actions, adaptez votre plan !

Et surtout, ne baissez jamais les bras ; vous n’êtes peut-être qu’à une idée/action qui va vous permettre d’atteindre votre but.

S’adapter au changement : profiter, célébrer

Ca y est, vous avez enfin atteint votre but ! Il est temps maintenant de célébrer cette victoire !!

Profitez de ce que vous avez réussi à faire et félicitez-vous pour votre ténacité. Beaucoup auraient abandonné, pas vous !!

Donc, en résumé, tout changement s’opère selon un cycle, que je représente ci-dessous, comme la “boucle du changement”.

Boucle du changement

Une fois la boucle bouclée, vous êtes prêts pour en commencer une nouvelle…

Comment le #defiboostetacarriere va vous aider pour une vie pro épanouie

Comment le #defiboostetacarriere va vous aider à vivre votre vie pro épanouie ?

J’ai créé le #defiboostetacarriere spécifiquement pour vous aider à vous épanouir dans votre vie pro.

#defiboostetacarriere : pourquoi ?

A de nombreux moments dans votre carrière professionnelle, vous pouvez être confronté à des changements de toutes sortes. Par exemple, des changements de ligne managériale, des délocalisations, de nouvelles stratégies, etc…

Vous pouvez vous adapter positivement à ces changements parce qu’ils vous conviennent, et c’est tant mieux !  Malheureusement ce n’est pas toujours le cas… Alors, vous commencez à vous questionner sur votre avenir professionnel.

Aussi, vous pouvez à un moment donné avoir l’impression d’avoir fait le tour de votre job, de tourner en rond telle les aiguilles d’une horloge. 
Peut-être également vous y ennuyez-vous parfois, ou souvent ? Ennui par manque de tâches ou de sens ? Vous ne savez plus pourquoi vous faites ce travail ? Ou encore vous aimeriez bénéficier d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle ?

C’est pour vous aider à trouver vos solutions pour dépasser toutes ces difficultés que j’ai créé le #defiboostetacarriere.

#defiboostetacarriere : comment il fonctionne ?

Pendant 7 jours, je vous dévoile ma méthode en 7 étapes pour trouver vos solutions pour booster votre vie pro.

Une semaine pour remettre de la motivation, de l’implication dans votre vie professionnelle, ce n’est pas un long investissement ni en temps ni en argent vu qu’il est totalement gratuit.

Comment cela fonctionne exactement ?

L’avantage du #defiboostetacarriere est qu’il se fait totalement en ligne.

Un e-mail quotidien, pendant 7 jours

Du lundi au dimanche, je vous envoie une étape de ma méthode pour remettre du sens dans votre vie professionnelle. Chacune poursuit un but bien précis pour vous faire avancer dans votre réflexion. Au programme : exercices, questions, conseils.

Le groupe privé

Pendant le défi, vous avez accès à un groupe privé avec tous les autres participants.
Chaque jour, je donnerai un live pour revenir sur l’étape du jour et vous donner des conseils supplémentaires.
Ce sera également l’occasion d’échanger directement avec moi et de me poser toutes vos questions.

Le Live de clôture

Pour terminer en beauté, il y aura un grand Live de clôture pendant lequel nous synthétiserons toutes les étapes de la méthode, avec les points clés qui vous permettront d’approfondir votre réflexion par la suite.

#defiboostetacarriere : quand ?

La deuxième édition est planifiée en juin 2020.

Pour vous inscrire, cliquez-ici : je m’inscris au #defiboostetacarriere

Qui a piqué mon fromage : comment s’adapter au changement ?

La chronique de "Qui a piqué mon fromage" de Spencer Jonhson, par JulieDDB-coaching.

Qui a piqué mon fromage est un livre écrit par Spencer Johnson, qui a eu un succès mondial. Pour vous dire, il a été traduit en 26 langues et a été scénarisé en un dessin animé. 

Le dessin animé est disponible en version originale ainsi qu’en version française. Pour écrire cet article, j’ai regardé les deux versions que vous pouvez visionner ici : 

Cette histoire parle du changement, de son caractère inévitable et des façons de s’y adapter.

Qui a piqué mon fromage : les personnages

Il y a 4 personnages : 2 souris (Flair et Flèche) et 2 humains de la taille de souris (Polochon et Baluchon)

  • Flèche : qui agit 
  • Flair : qui se fie à son instinct
  • Polochon : qui craint le changement et le rejette
  • Baluchon : qui s’adapte au changement

Ensemble, ils représentent notre esprit d’humain. Nous avons tous une part de nous qui agit, se fie à son instinct, craint le changement et une autre part qui s’y adapte.

Qui a piqué mon fromage : le lieu

Les 4 personnages évoluent dans un LABYRINTHE. Celui-ci peut être assimilé au terrain dans lequel nous évoluons. Par exemple le terrain de notre vie professionnelle, de notre vie amoureuse, de nos relations familiales.

Qui a piqué mon fromage : le fromage

Le fromage représente pour Baluchon et Polochon la sécurité, une bonne santé, tout ce qui peut les rendre heureux.

Pour les 2 souris, il représente… juste du fromage.

Pour nous, il représente tout ce que l’on veut dans la vie : un bon job, une relation amoureuse épanouie, la santé, de l’argent, etc …

Qui a piqué mon fromage : résumé de l’histoire

La période faste

Flair, Flèche, Baluchon et Polochon habitent dans un labyrinthe. Tous les matins, ils chaussent leurs baskets et partent à la recherche de fromage, qui est la chose la plus importante pour eux. Un beau jour, ils trouvent une immense réserve de fromage, quelle aubaine !

Commence alors une période d’abondance.

Baluchon et Polochon se lèvent de plus en tard pour aller à la réserve. Ils sont sereins car ils pensent avoir suffisamment de fromage pour l’éternité. Les deux amis finissent par jeter leurs baskets, pensant qu’ils n’en auront plus besoin. Ils se sentent de plus en plus à l’aise et s’enlisent dans une routine ; ils ne prêtent plus attention à ce qui se passe autour d’eux.

Flair et Flèche profitent de cette source de nourriture tout en restant attentives à leur environnement. Elles remarquent alors que la réserve diminue inexorablement. Au contraire de leurs 2 amis, elles gardent leurs baskets pour pouvoir les rechausser si nécessaire.

Le changement

Un matin, ce qui devait arriver arriva : la réserve de fromage était épuisée. Les 2 souris ne sont pas étonnées, elles savaient que cela arriverait un jour et ce jour était arrivé.

Alors elles rechaussent leurs baskets et partent à la recherche d’un nouveau fromage sans tarder. Elles acceptent le changement et agissent directement.

Pour Polochon et Baluchon, c’est la stupéfaction ! Ils ne comprennent pas et sont désappointés. Ils sont négatifs et cela les empêche de progresser.

Puis Baluchon commence à penser différemment, il propose de faire comme Flair et Flèche et de partir à la recherche d’un nouveau fromage. Polochon refuse catégoriquement, il veut essayer de comprendre et que les choses redeviennent comme auparavant. Baluchon se concentra alors comme son ami sur ce qu’il avait perdu et son élan pour partir chercher le fromage disparut.

La stagnation

Flair et Flèches à force de chercher, finissent par trouver une nouvelle réserve de fromage, encore plus grande que la précédente.

Polochon et Baluchon reviennent chaque matin à la réserve épuisée, en espérant que le fromage soit revenu. Ils nient le changement, tout simplement. Ils creusent des trous dans la réserve avec l’espoir de dénicher la nourriture tant convitée , encore et encore, sans succès.

A un moment donné, Baluchon éclate de rire et dit : “on fait les mêmes choses tous les jours et on se demande pourquoi elles ne s’améliorent pas”. Il décide alors de partir chercher un nouveau fromage. Polochon s’entête à rester car il a peur de retourner dans le labyrinthe. 

Avant de partir, Baluchon écrit une phrase sur le mur :

Que ferais-tu si tu n’avais pas peur ?

L’exploration

Baluchon s’élance dans le labyrinthe et donc vers l’inconnu.

A un moment donné, il tombe dans un trou – il fait face à l’inattendu – et il se relève pour continuer sa course.

Il évite soigneusement le trou suivant car il a appris de son erreur. Il se dit que “finalement ce n’est pas si terrible que ça que de retourner dans le labyrinthe” et qu’il aurait dû partir plutôt, suivre son instinct. Baluchon se sent mieux, même s’il n’a toujours pas trouvé de nouveau fromage.

Quand tu parviens à surmonter ta peur, tu te sens mieux.

Au plus il imagine trouver et apprécier son nouveau fromage, au plus cela devient une réalité pour lui, plus cela prend du SENS.

S’imaginer en train d’apprécier du nouveau fromage te conduit à lui.

Les doutes

Il arrive alors à une nouvelle station de fromage mais malheureusement, elle est presque vide. Il est déçu et en proie au doute… ses efforts ne sont pas récompensés, il aurait dû partir plus tôt !

La persévérance

Baluchon décide de retourner voir Polochon avec le peu de fromage qu’il a trouvé. En arrivant, il trouve un Polochon abattu, qui refuse le fromage qu’il lui offre car il pense qu’il ne l’aimera pas. Polochon a toujours en tête qu’il préfèrerait retrouver l’ancien. Ainsi, il veut que les choses redeviennent comme avant. Sa part négative lui a fait perdre confiance en lui, il ne veut toujours pas repartir avec Baluchon qui repart donc seul.

Ce dernier avait modifié ses croyances. Au début il était convaincu que le fromage ne bougerait jamais et que ce changement était mauvais. Maintenant il réalise qu’un changement peut conduire à quelque chose de meilleur.

Quand tu changes ce que tu crois, tu changes ce que tu fais.

Baluchon s’adapte à la nouvelle situation et il poursuit une vision sensée en se disant qu’il allait finir par trouver ce qu’il cherchait et c’est ce qui arriva ! Il trouva une immense quantité de nouveau fromage.

Qui a piqué mon fromage : les 6 apprentissages

Pour terminer, voici les 6 apprentissages livrés par Spencer Johnson au travers de son histoire :

  1.  Les changements se produisent – Le fromage change sans cesse de place.
  2. Anticipe le changement – Soit prêt à ce que le fromage bouge.
  3. Surveille le changement – Renifle régulièrement le fromage pour savoir quand il devient trop vieux
  4. Adapte toi rapidementPlus vite tu oublies le vieux fromage, plus vite tu peux profiter du nouveau.
  5.  Profite du changementPrend goût à l’aventure et profite de la saveur du nouveau fromage.
  6. Change et gagne !Bouge avec le fromage

En conclusion, sois toujours prêt à repartir pour profiter pleinement de la vie. Le fromage change toujours de place !

Et vous, quelle est votre attitude face au changement ? Vous sentez-vous plus proche de Baluchon ou Polochon ? J’ai hâte de lire vos commentaires.

Vous avez aimé cet article ? Il y en aura beaucoup d’autres car je me suis engagée dans le challenge d’écrire 52 articles en 2020. Cliquez sur le lien pour en savoir plus. 

Pour une totale transparence, le lien Amazon est un lien affilié, cela veut dire que si vous achetez le livre via ce lien, cela n’augmente pas le prix pour vous et moi j’ai une petite commission pour m’aider à continuer à écrire ce blog.

Le challenge : 52 semaines – 52 articles pour une vie pro épanouie

Le challenge pour une vie pro épanouie

Le challenge

1 an, soit 52 semaines et 52 articles pour une vie professionnelle épanouie.

Bonjour, je suis Julie Derzelle-Dal Borgo fondatrice de Julie DDB-coachingvos solutions pour une vie pro épanouie.

Pour ceux qui se demandaient la signification de DDB et bien, vous le savez maintenant 🙂

J’ai créé ce site internet en juillet 2019 et ai commencé à y écrire de temps en temps des articles. 

En ce début 2020, je me suis lancée le défi d’écrire plus régulièrement. Alors, cela veut dire quoi “plus régulièrement” ? Cela veut dire que je me défie d’écrire 52 articles, soit 1 chaque semaine, pendant 1 an. Est-ce un objectif SMART ? Pour ceux qui me suivent déjà, vous savez que c’est un sujet qui me tient à cœur.

Alors, est ce SMART ?

  • SSpécifique ? Oui – en définissant le nombre d’articles, je sais spécifiquement ce que je dois faire. 
  • M – Mesurable ? Oui – Au 31 décembre, je pourrai comptabiliser les articles et vérifier que je suis à 52 !
  • A – Atteignable ? Oui – à condition d’avoir de la rigueur et l’inspiration !
  • R – Réaliste ? Oui – enfin, je l’espère 🙂
  • T – Défini dans le temps (vient de Timetable en anglais) ? Oui – 52 semaines

Déjà publié dans le cadre du challenge

Comment trouver l’inspiration ?

J’en suis au quatrième article. Pour l’instant, l’inspiration est au rendez-vous ! A mon avis, pour les 10 premiers articles, ça va être facile de trouver des sujets. Pour les 10 suivants, cela va déjà être plus compliqué mais jouable… Par contre, au-delà du vingtième, j’ai peur d’avoir difficile à identifier des thèmes sur lesquels écrire. 

Donc, je compte sur vous pour m’encourager et me dire si vous aimez les articles ou mieux s’ils vous aident à améliorer votre vie professionnelle.

C’est sûr, je vais avoir besoin de vous pour garder ma motivation sur 52 semaines !!

Merci d’avoir lu cet article jusqu’à la fin.

Pour recevoir mon workbook pour faire votre bilan d’épanouissement professionnel, cliquez sur ce lien : êtes-vous réellement épanoui(e)s au travail?